Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 27 Mars 2017

  •   Farid Farah
  • samedi 28 mai 2016 11:01

La data aide à réduire le risque de corruption

La lutte contre la corruption est devenue un enjeu majeur pour toutes les entités financières et  gouvernementales du monde entier. Récemment, aux Etats Unis, ce sujet a fait l’objet de plusieurs débats télévisés. "Comment préserver le système économique capitaliste de la menace persistante de la corruption ?", s’interrogeaient de nombreux intervenants en abordant la question sous un angle technologique. Pour eux, il devient impératif de multiplier la création des bases de données anti-corruption et surtout de faciliter l’accès à ces données pour les entreprises et administrations financières. Aujourd’hui, avec l’affaire de « Panama Papers », les technologies du numérique deviennent des outils de combat efficaces contre la corruption et le blanchiment d’argent. Avec ce progrès, les structures gouvernementales chargées de la lutte contre la corruption pourront inciter les acteurs du monde des finances à informatiser de bout en bout toute la chaine de la gestion des transactions financières. Ce qui donnera naissance aux supports électroniques contenant toutes les informations associées aux transactions commerciales notamment celles relatives au monde des affaires. Ces supports deviendront par la suite des bases de données contenant tous les programmes et informations de vérification qui permettent à des compagnies issus des secteurs sensibles comme l’énergie, la défense et même les administrations du secteur public, de réaliser des audits en gestion des  risques sur leurs relations clients.

Grâce à l’informatique, ces compagnies pourront vérifier l’intégrité de leurs clients, partenaires et fournisseurs. En clair, l’approche consiste à identifier les personnes morales ou physiques les plus à risque en matière de corruption. Ces bases de données seraient encore plus efficaces si elles se mondialisent. Le principe est simple, il suffit d’intégrer les flux de données contenant les informations relatives à des actes, des pratiques et des tentatives de corruption, dans un extranet mondial. Ainsi, cette solution technologique vient s’ajouter à la solution du paiement électronique qui a limité l’utilisation de l’argent liquide dans les transactions commerciales, pour renforcer la lutte contre la corruption. Le traitement analytique en masse de données issues d’une dématérialisation du processus de traitement des soumissions aux appels d'offres contribue également à réduire le risque de corruption. Les classements des offres seront effectués de manière électronique.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie occupe une flatteuse 38e place dans un classement onusien jugé sérieux sur le bonheur dans le monde. Comment expliquez-vous un tel rang :

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Mahieddine Tahkout, le punching ball de l’échec industriel algérien (Opinion)

  La controverse autour de l'usine Tahkout a révélé l’indigence du projet industriel du gouvernement de M. Abdelmalek Sellal, mis en musique par Abdesslam Bouchouareb.

Controverse en Tunisie sur une possible émission de Sukuk sur le Nasdaq Dubaï

    Un accord entre la Bourse de Tunis et le Nasdaq Dubaï ouvre la voie au recours par l'Etat tunisien à l'émission de Sukuk islamiques sur la bourse de Dubaï. Une option devenue possible depuis 2013 mais qui suscite toujours des controverses en Tunisie

Oxfam dénonce l'utilisation abusive des paradis fiscaux par les 20 plus grandes banques européennes

Un quart des bénéfices des 20 plus grandes banques européennes a été déclaré dans des pays qui peuvent être considérés comme des paradis fiscaux, dénonce lundi un rapport d'Oxfam, pour qui cette proportion est démesurée au regard de l'activité générée dans ces pays.