Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 17 Janvier 2017

  •   Farid Farah
  • samedi 2 juillet 2016 13:41

Pour Vincenzo Nesci, le "switching" de l’Algérie vers la 4G est source de performance

Vincenzo Nesci, Président Exécutif de Djezzy, se manifeste sur le blog de VimpelCom et se range clairement du côté des partisans du déploiement du LTE (4G) en Algérie. Dans des mots très clairs, Vincenzo pense que le « switching » de l’Algérie à la 4G ouvrira des opportunités aux concepteurs du nouveau modèle économique du pays d’inclure le paramètre de la vitesse de connexion dans le chapitre des liens entre l’économie et l’évolution technologique. Il est tout à fait logique de considérer le débit d’une connexion comme un facteur économique important. Plusieurs économistes travaillant pour des bureaux d’études mondiaux estiment que la vitesse de connexion des réseaux mobiles à large bande stimule la rentabilité. En clair, le mobinaute qui peut être considéré comme le produit essentiel de l’économie numérique, est beaucoup plus attiré par les grandes vitesses de connexion. D’où, l’importance d’offrir aux algériens un accès Internet rapide. Les chiffres de la Banque mondiale qui sont publiés annuellement, sont éloquents : à chaque augmentation de 10% dans les connexions mobiles de l’Internet à haut débit correspond une augmentation de 1.38 dans la croissance économique.

Les opérateurs de la téléphonie mobile activant en Algérie doivent donc utiliser la technologie à large bande pour déployer leurs réseaux. Ils permettront donc aux Algériens de participer à l’instauration de l’économie numérique. Plus le nombre de citoyens connectés augmente plus la question d’intégrer l’économie numérique au cœur du programme politique du pays devient prioritaire. Décryptage : Pas d’économie numérique sans citoyens connectés. En Algérie, la technologie LTE (4G) va être l’accélérateur de la connectivité mobile de la population. Les usages de la data mobile vont se développer à une vitesse considérable grâce à cette technologie et surtout à un modèle économique qui ne doit pas placer le revenu mensuel de l’usager comme premier critère d’accès aux réseaux cellulaires à grande vitesse. Ces derniers peuvent aider les consommateurs à mieux comprendre les différences qui existent entre les services commercialisés par les opérateurs. Les « branchés » ne seront plus amenés à se poser des questions sur le choix de la vitesse de connexion. La vitesse de la technologie LTE apporte au citoyen algérien l’unique accès haut débit à fluidité absolue. La FTTH est toujours absente des foyers algériens faute de modèle économique adéquat, mais la 4G sera bientôt à leur portée de main.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie entre dans sa 4e année de déficit budgétaire et extérieur. Que redoutez vous en 2017 ?

Vidéos

Les projections du gouvernement algérien sur la réduction des déficits sont irréalistes - Ferhat Aït

Vidéos

"L’affaire RHB cause un grave préjudice à l’industrie pharmaceutique algérienne"- Abdelouahed Kerrar (UNOP) à Radio M

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc : Pour soutenir la RAM, le gouvernement décide d'exonérer de TVA les achats d'avions

La compagnie aérienne marocaine a fini par obtenir gain de cause auprès des autorités du pays: une exonération de la TVA, qui est de 20%, sur les importations d'avions. Une décision importante face aux compagnies étrangères, dont les Low-cost.

Hassan Bouras condamné avec sursis, retrouve la liberté

Le journaliste bloggeur Hassan Bouras a été condamné ce mardi à six mois de prison avec sursis par le tribunal d’El Bayadh. Il a été détenu depuis le 02 octobre dernier.

Maroc : Rebond des ventes automobiles en 2016, Renault prend la part du lion

L’objectif de vendre au moins 160.000 véhicules en 2016 est dépassé. L’Association des importateurs des véhicules au Maroc (Aivam) fait état de la vente l’année dernière de 163.110 véhicules. Un record !