Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Octobre 2017

  •   Farid Farah
  • samedi 9 juillet 2016 10:52

Algérie - Une plateforme e-Gov pour mieux cibler les nécessiteux de l’action sociale

Cibler les personnes les plus démunies, pour en faire les seules bénéficiaires des aides sociales et des subventions des produits à large consommation, n’est pas chose aisée. La technologie peut contribuer à résoudre ce casse-tête.

 

 

Deux étudiants en master « Réseaux et Systèmes Distribués » (RSD), du département Informatique de la Faculté d’Electronique et Informatique (FEI) de l’Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene (USTHB), ont réussi à concevoir une plateforme e-gouvernement destinée à implémenter un système capable d’identifier la manière la plus efficace pour faire parvenir les différents types d’aides et subventions sociales aux personnes les plus démunies. Ce travail réalisé dans le cadre d’un  mémoire de projet de fin d’études qui s’intitule « Plateforme e-gouvernement Application à la solidarité nationale », a été mené par les étudiants Tarik Abdennouri et Tarik Saidi, sous la direction du professeur Abdelkader Belkhir, directeur du laboratoire des systèmes informatique de la FEI. Ils ont mis en scène l’utilisation de la carte d’identité numérique pour numériser des services administratifs traditionnels comme l’action sociale afin de garantir la performance de ces services. « Nous avons étudié les aspects technologiques relatifs à l’identité numérique en Algérie, pour établir des liens entre les personnes physiques et la somme de leurs traces numériques. Doter chaque individu d’une identité numérique unique et certifiée permettra aux responsables du Ministère de la solidarité nationale d’utiliser les traces numériques comme les données contenues dans la carte d’identité biométrique pour accroître l’efficacité des actions sociales et cibler les véritables personnes nécessiteuses », a indiqué M. Belkhir lors de la soutenance du mémoire.

L’objectif des deux étudiants était d’utiliser les TIC pour libérer la solidarité nationale des contraintes administratives issues d’un système de gouvernance traditionnel, devenu au fil des années archaïque et inefficace. Pour bien montrer l’importance de leur travail, ils se sont appuyés sur les résultats de travaux sur les aides sociales aux populations défavorisées menés par des organisations internationales tels que le FMI. « Les résultats obtenus étaient sans appel, même si les subventions des produits alimentaires à large consommation parviennent généralement à atteindre les catégories les plus défavorisées en améliorant leur pouvoir d’achat, les plus gros bénéficiaires des subventions accordées par l’Etat restent les plus riches », ont indiqué les étudiants dans leur mémoire. De ce constat, les deux étudiants se sont inspirés pour développer un système d’administration électronique de la solidarité nationale, dans l’idée de cibler uniquement les personnes les plus démunies.

 

Interaction entre plusieurs institutions

 

Basé sur l’attribution de pensions aux ménages nécessiteux, en compensation de la suppression des subventions de l’Etat, ce système fait appel à la technologie numérique pour collecter les données générées par la mise en service de la carte d’identité biométrique, afin d’identifier les nécessiteux. « Le principe sur lequel repose notre solution est l’interaction entre plusieurs institutions. Des données multidimensionnelles seront alors échangées entre ces entités afin d’extraire les informations qui serviront à identifier les critères qui seront pris en compte pour déterminer si une personne est jugé nécessiteuse ou pas », indiquent les deux étudiants. En clair, les deux chercheurs ont voulu montrer que la gestion des identités numériques permettra d’obtenir les informations relatives aux revenus mensuels, aux biens détenus, et aux situations fiscales de tout individu physique. Le projet apporte un progrès dans l’application de gestion des identités numériques, dans la mesure où il a été clairement montré que le numéro d'identification national unique (NIN), propre à chaque citoyen, contenu dans la carte d’identité biométrique, peut constituer le meilleur élément qui transforme cette carte en un support d’acheminement des aides sociales aux populations défavorisées.

 

Les TIC’s au secours du social

 

Concrètement, le système mis au point par les deux étudiants prévoit que tout citoyen désireux d’obtenir une aide sociale devra se connecter à un portail web dédié au Ministère de la solidarité et s’authentifier à l’aide de sa carte d’identité numérique qui comporte une puce électronique contenant des informations biométriques et surtout un certificat électronique qui va lui permettre de signer un document XML contenant les informations utiles et qui sera généré puis signer par le demandeur et l’administrateur du domaine solidarité. « L’utilisation des certificats électroniques se fait dans le cadre de la sécurité de notre système, afin de permettre aux individus de prouver leurs identités numériques », lit-on dans le mémoire. Le document sera par la suite envoyé vers le serveur d’un domaine particulier afin d’y rajouter des informations nécessaires à l’authentification du demandeur et à la reconstitution de son arborescence familiale. La demande transitera alors d’un serveur de domaine vers un autre jusqu’à obtention de toutes les informations utiles. Cette migration d’un domaine vers un autre du réseau e-Gov, supposé en activité, sert à prélever toutes les informations destinées à l’étude de la requête. Par exemple, l’administrateur du domaine du commerce, vérifie si le demandeur ou un membre de sa famille exerce une activité commerciale. Celui du domaine des finances vérifie dans sa base de données si le demandeur ou l’un des membres de sa famille possède des biens. L’administrateur du domaine du travail examine les montants des cotisations versées mensuellement par chaque membre de la famille. Si la requête du client répond aux conditions pour l’obtention d’une pension, le système revient au domaine de la solidarité et classe la demande dans le répertoire contenant la liste ouvrant droit à pensions sociales. Le demandeur sera alors informé du montant de la pension qui lui a été accordée via ce cheminement. Dans le cas d’un avis défavorable, le motif lui sera communiqué par message électronique.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP célèbre le centenaire de la Révolution d’Octobre en compagnie de Ould Kaddour (PDG de Sonatrach)

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Malika Rahal: "L'UDMA une contribution meconnue au mouvement national"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Aucune victime dans l’incendie de l’usine Cevital, selon le groupe

Cevital « rassure tous les consommateurs que les stocks de sucre à disposition permettront de servir le marché national sans aucune perturbation ».  

Algérie : Création d'un poste de diplomate chargé d'aider les investisseurs à l’étranger

Messahel a évoqué d’une nouvelle dynamique marquée par l’actualisation du cadre juridique afin de permettre aux opérateurs algériens d’investir les marchés étrangers.

Tunisie : Les pièces de rechange, habits et cosmétiques à 80% contrefaits (OTIC)

Le chiffre d’affaires du marché des contrefaçons avoisine les 500 milliards de dollars annuellement et enregistre une évolution annuelle de 10%.