Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Lynda Abbou
  • samedi 3 juin 2017 15:15

Algérie-Télécom : Un nouveau SG du syndicat sur fond de suspicions persistantes sur la gestion des œuvres sociales

Samir Messahel, le nouveau SG du syndicat d’Algérie Télécom

C’était la bataille du pot de terre contre le pot de fer. Le syndicat d’Algérie Télécom (AT) a depuis jeudi un nouveau secrétaire général en la personne de Messahel Samir.

 

L’ancien secrétaire général, Oukal Mustapha, dans le collimateur de la Fédération nationale UGTA des travailleurs de PTIC (FNT/PTIC) n’a même pas assisté à la réunion extraordinaire du conseil syndical. Messahel Samir était candidat unique et il a été élu pour trois ans.

Oukal Mustapha est chargé de tous les maux possibles dont d’avoir commis de «graves dépassements » selon un membre de la Fédération. Son remplacement s’est fait selon une opération rodée supervisée par le secrétaire général de la fédération Mohamed Tchoulak, et le secrétaire national de l’UGTA, Noureddine El Wassaa.

Tout semble être rentré «dans l’ordre » selon les vœux de la fédération. Mais le comité de participation de l’entreprise a eu quand même le temps de révéler, lors d’une conférence de presse, que la Fédération avait des choses à se reprocher dans le domaine de la gestion des œuvres sociales d’Algérie Télécom.

Mercredi, à la veille de la tenue de la réunion extraordinaire du conseil syndical, le président du Comité de Participation d’Algérie Télécom (CP), Karim Bouaziz, a révélé que l’ancienne commission des œuvres sociales a refusé en 2014 de faire une passation de consignes en bonne et due forme. Et que la Fédération a été saisie et n’a rien fait pour que la procédure légale soit respectée.

Une gestion problématique

Ce refus de faire les passations était un signe d’une gestion problématique des œuvres sociales, ce qui a entrainé le recours par Algérie Télécom à un audit externe qui a livré ses conclusions sur la situation juridique et financière.  L’audit a provoqué à son tour le déclenchement d’une enquête de l’Inspection Générale des Finances (IGF). 

Selon Karim Bouaziz, l’opération de contrôle de l’IGF a révélé l’existence d’irrégularités et d’anomalies « graves et passibles de qualifications pénales».  Jeudi des syndicalistes partisans du secrétaire général destitué ont été empêchés d’assister à la réunion. Ceux-là, qui ont souhaité conserver l’anonymat, rejettent catégoriquement les accusations de mauvaise gestion contre l’ancien SG.

Oukal Mustapha, ont-ils assuré est un homme «sérieux ». Sa mise à l’écart a été «décidée d’en haut» au sein de l’UGTA. C’est une «affaire d’argent » tout simplement et il y a des choses que l’on veut cacher sur la gestion des œuvres sociales entre 2003 et 2014.


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Le 03 décembre et le jour mondial des handicapé mais le cp n a pas verse la somme de 30000 DZ pour ma file je porte a votre connaissance qu elle handicapé de 100% et bon courage et merci pour vos efforts

    Rapporter Tchanane zohra vendredi 15 décembre 2017 03:21
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...