Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Farid Farah
  • dimanche 18 juin 2017 10:12

Conflit SLC-CHASS : Lotfi Nezzar dénonce une « une campagne mensongère » visant sa famille

Lotfi Nezzar, DG de SLC, un fournisseur de solutions d'accès à Internet

Le directeur général de la société de télécommunication SLC, Lotfi Nezzar, dénonce l’instrumentalisation d’un conflit judiciaire qui oppose son entreprise à l’un de ses associés du nom de Mouloud Meghezzi pour enclencher une campagne de désinformation à l’encontre de sa famille.

 

Lors d’une conférence organisée samedi, au siège de l’entreprise à Alger, le DG de SLC affirme que la médiatisation d’un prétendu défaut de paiement de SLC est  « une campagne mensongère » qui vise,  notre entreprise « et, par-delà, la famille Nezzar ». « Après les allégations de M. Meghezzi sur un supposé défaut de paiement au sujet desquelles la justice tranchera, cette affaire s’est insérée dans un cadre de désinformation lié à notre famille et au rôle que mon père (Khaled Nezzar) a eu à jouer pendant une période de l’histoire de notre pays » a déclaré Lotfi Nezzar.  Mouloud Meghezzi, responsable de l’entreprise américaine Chass LCC poursuit SLC pour défaut de paiement. Il réclame à la société SLC devant la justice américaine la somme de 8,2 millions de dollars de factures impayées, en tant que fournisseur de solutions Internet sans fil. SLC est une SPA à capitaux exclusivement algériens. Elle a été créée le 24 juin 2000, avec un capital social initial de 6 000 000 DA. Selon le communiqué remis aux journalistes, les actionnaires, tous de la famille Nezzar, ont consenti à M.Mouloud Meghezzi 5% des actions dans le but de le motiver, par l’intéressement aux résultats, et lui permettre d’augmenter ses revenus. Il a intégré immédiatement la société en tant que directeur technique. Ensuite comme consultant jusqu' en 2010. « Au fur et à mesure du développement de son activité, la société a procédé à plusieurs augmentations de capital conformément aux règles de gestion universelles. M. Mouloud Meghezzi a souscrit volontairement à toutes ces augmentations, à l’exception de celle effectuée en 2015, à laquelle il a refusé catégoriquement d’adhérer, malgré la perception préalable de ses dividendes, lui permettant de suivre cette opération.

Une affaire de falsification de documents ?

Ce refus a induit automatiquement une réduction de son taux de participation au capital de l’entreprise. Depuis, M. Mouloud Meghezzi, voulant se venger, a cru devoir saisir la juridiction d’un comté de New York réclamant une créance imaginaire sous la casquette de citoyen américain » lit-on dans le communiqué. Durant ce point de presse, le directeur général de SLC a présenté des documents falsifiés par l’associé Mouloud Meghezzi. « Nous disposons des documents qui attestent du comportement illégal de M. Mouloud Meghezzi qui a produit des pièces administratives falsifiées pour lesquelles il sera poursuivi devant le tribunal fédéral américain » a-t-il indiqué. « En examinant le document de la plainte, il s’avère que j’ai signé un contrat avec l’entreprise « Chass » que détient Mouloud Meghezzi, en 2003, en tant que directeur général, au vu de la griffe qui y est apposée. Or je n’ai assuré cette fonction qu’à partir de 2006. Avant, j’occupai le poste de Vice-Président commerce administration et finances » a-t-il ajouté. Aussi, Lotfi Nezzar a affirmé que ce contrat inclut des documents incongrus dont l’autorisation relative à la fourniture de transfert de voix sur internet (VoIP) datant du 6 avril 2005, publiée deux années après la signature du contrat. « Cette plainte est complètement infondée dans la mesure où on a intégré un décret datant de 2005 sur un contrat signé en 2003 » a-t-il commenté. « Dans le dossier de la plainte figurent également des correspondances que je suis supposé lui avoir transmises, comportant une griffe avec une faute grossière sur mon prénom Lofti au lieu de Lotfi », a-t-il ajouté. 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Je n'ai aucune idée sur l'honnêteté de ce Nezzar mais par contre je sais que ce Mouloud Meghezzi est au moins un menteur sinon carrément un escroc. Je l'ai dénoncé sur ce même site et cela n'a pas plu à beaucoup de monde....

    Il y'a quelques années, Maghreb Emergent nous a présenté ce Monsieur dans un article comme étant un très grand chercheur Algérien détenteur de plusieurs prix auxquels ne manquait que le prix Nobel avec la ritournelle habituelle des Algériens ignorés dans leurs pays et admirés à l'étranger. Mais tout ce que disait ce Monsieur ne tenait pas la route et notamment l'absence de publications qui à moins de travailler pour la NSA, devraient figurer dans le CV du moindre petit chercheur.

    Ce Monsieur a même fait un droit de réponse avec des documents à l'appui mais qui ont surtout montré qu'il a au plus occupé un poste de maitre assistant dans une université Américaine de 2nd catégorie, boulot qui est généralement attribué à des doctorants pour arrondir leurs fins de mois...

    Rapporter Truc dimanche 18 juin 2017 14:47
  • Aux noms des victimes des rentiers parasites aidés par les islamistes, tous sous les ordre des financiers mondialiste, qui ont saboté l'indépendance et le rêve Algérien je dis:

    Les Nazars sont coupables par défaut et doivent rendre des comptes aux Peuple.

    PS. Tout intellectuelles, journaliste, politiciens qui soutiens les "réformes" libérales capitalistes et mondialiste est un traitre et harki

    Rapporter Aghioul dimanche 18 juin 2017 13:36
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...