Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Lynda Abbou
  • dimanche 15 octobre 2017 17:18

Algérie- Les éditeurs de presse électronique réagissent à l’affaire TSA et s’organisent

Le journal d’information en ligne est toujours bloqué sur Algérie Télécom et Mobilis. La riposte de ses confrères  se met en place.

 

L’affaire du blocage du site d’information Tout Sur l’Algérie (TSA) depuis plus d’une semaine, a fait réagir les éditeurs de presse électronique qui ont organisé une réunion de concertation ce dimanche 15 octobre à Alger.

Etaient  présents à la réunion TSA-Algérie, Aljazair Alyoum, Algérie Part, Huffpost Algérie, Maghreb Emergent, Radio M, Inty Mag, Algérie Focus, Mena Défense, DIA-Algérie.

Les échanges, lors de cette première rencontre des éditeurs de médias électroniques arabophones et francophones,  ont porté sur plusieurs questions notamment la prise de position concernant l’affaire TSA. Les médias présents ont dénoncé la censure non assumée dans cette affaire, tout en se déclarant totalement solidaires de leur confrère.   

Ils ont, en outre, souligné le caractère insoutenable de la situation actuelle marquée par un vide juridique préjudiciable à leur activité. Les médias en ligne ne sont pas reconnus légalement en Algérie, et leur situation économique est des plus précaires.

A la fin de cette première réunion de prise de contact, une réunion préparatoire a été programmée pour dimanche prochain. Elle aura  comme objectif, la préparation d’une Assemblée générale des éditeurs de presse électronique au niveau national. Un appel au dialogue avec le Ministère de la Communication est également lancé.

Lire aussi: TSA, Boudjedra, Boukrouh, Nekkaz, le CPP défend l’expression puis descend dans l’arène (audio-vidéo)

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • l’Algérie a 46 universités ce n'est pas un journal marocain ou autre qui nous fait trombler, idée contre idée commentaire contre commentaire. si le FLN a dans ces rangs des milliers d'enseignants et chercheurs parmi ces adhérents que font ces gens la au moins pour défendre la politique de leurs gouvernement?? ces soit disant universitaire ne sont la que pour avoir des dividendes des lot de terrain des logements etc.
    le FLN est donc vide, il est plein d’opportuniste.
    mais défendre l’Algérie en face de prédateurs qui viennent de toute part oui la je suis pour que tout algérien prend son clavier et affronte les prédateur sans recourir a la censure ou au blocage ''le faible qui ne peut se défendre par le clavier pour convaincre recoure souvent au blocage''
    sinon le journal TSA est basique il n'a rien d'extraordinaire vis a vis de ces homologue de la presse francophone algérienne.

    Rapporter youssef mardi 7 novembre 2017 22:58
  • Tout Contre l'Algérie mais Tout Pour le Maroc " est un site makhzénien. Ces traitres ennemis de l'intérieur doivent disparaitre du paysage audiovisuel algérien.
    Le maroc dispose de dizaines et dizaines de sites en français, anglais, espagnol focalisés sur la démolition haineuse de l'Algérie et de son peuple tout en pillant son patrimoine culturel et son Histoire, et cela tous les jours que Dieu fait, on n'a pas besoin de lui fournir un outil de propagande supplémentaire.

    Rapporter LHomme de Méchta lundi 16 octobre 2017 22:28
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...