Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • dimanche 26 novembre 2017 18:49

Les données des Algériens ne sont pas protégées faute de textes juridiques spécifiques au numérique

La question de l’identité numérique n’est pas encore tracée ou définie, que ce soit sur le plan juridique, éthique ou institutionnel.

 

L’Algérie ne peut pas être protégée numériquement tant qu'elle n’a pas de textes juridiques spécifiques pour la protection des données personnelles,  ont souligné les intervenants de la matinale du CARE (Cercle d’action et de réflexion autour de l’entreprise), ce dimanche  Alger qui a eu pour thème : « Identité numérique pour la  promotion  de l’économie numérique ».

L’identité biométrique des Algériens est en chantier à travers les institutions de l’Etat dans le cadre du projet e-Administration, mais « la question de l’identité numérique n’est pas encore tracée ou définie, que ce soit sur le plan juridique, éthique ou institutionnel. A ce stade, on parle seulement d’un aspect technique d’une existence numérique et administrative formelle des individus », a souligné Maître Hind Benmiloud, avocate spécialisée dans les TIC, cybersécurité et cybercriminalité.

Dans son intervention, la juriste a précisé que l’Algérie « n’a pas une définition juridique de l’identité numérique ni de textes sur la protection des données personnelles », mais l’Etat « a garanti cette protection dans les articles 46 et 51 de la Constitution  de 2016 ». Ajoutant dans le même sens que  certains estiment que « l’adresse IP est une identité numérique, mais en réalité, cette question n’est pas encore tranchée, malgré le débat qui anime de nombreux juristes ».

De l’identité biométrique à l’identité numérique

Pour Abderrezak Henni, directeur général de la Modernisation de la documentation  et des archives au ministère de l’Intérieur, « l’Etat a mis toutes les dispositions matérielles pour la protection des données personnelles des citoyens ». En s’étalant sur les caractéristiques de la carte d’identité  biométrique, Henni a souligné que celle-ci est conforme à toutes les normes internationale et elle peut être considérée comme document de voyage parce que celle-ci est certifiée ICAO

A la même occasion, le représentant du ministère de l’Intérieur a annoncé qu’un projet de loi sur les données personnelles « est en préparation au niveau du ministère de la justice et il passera au Conseil des ministres bientôt ».

De son coté, Karim Cherfaoui, CEO de Divona Algérie, pense que « l’identité numérique est une question complexe et n’a pas une seule définition propre dans son aspect économique, juridique et personnel et elle ne peut pas se définir seulement dans aspect biométrique ». D’ailleurs, dans le cas algérien, « les problèmes de l’authentification et de l’identité numérique bloquent le développement de l’économie numérique du pays ».  « Les entreprises dépensent des sommes énormes pour préserver la sécurité de leurs données, mais dans la loi ne suit pas ce rythme », renchérit Jamel Zerouk directeur Division Chief Operation and Certification Officer à HB Technologies. 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...