Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Propos recueillis par Aboubaker Khaled
  • vendredi 1 décembre 2017 08:59

Patrick Sophienne Baudry (Jumia Algérie) : « La loi sur le e-commerce va nous renforcer »

Le DG de Jumia Algérie Patrick Sophienne Baudry revient dans cet entretien sur l’activité du E-commerce en Algérie de cette plateforme internationale. Il considère que la décision des autorités algériennes de réglementer cette activité « va nous renforcer encore plus ».

 

Jumia est la première plateforme E-commerce en Algérie, est ce que ce titre vous garantira un avenir sûr, surtout que le projet de loi sur le commerce électronique vient d’atterrir à l’APN ?

Jumia est un groupe international africain, on est dans 16 pays en Afrique et en Algérie depuis trois ans. On estime qu’on s’est acharné pour développer le commerce électronique en Algérie et actuellement, il prend de plus en plus d’essor et d’ampleur. Actuellement, chez Jumia Algérie, il y a plus de 135 collaborateurs qui gèrent entre 15 000 à 20 000 commandes par mois, 1,5 millions de visiteur sur la plateforme.

Actuellement, on est le principal acteur du E-Commerce en Algérie et en Afrique. Avant l’arrivée de la loi qui définit les axes de l’activité, Jumia avait déjà tout anticipé à travers nos activités dans les autres pays où nous existons, c’est-à-dire les standards internationaux.

Notre travail commercial est basé sur la satisfaction client, d’ailleurs on a tout un centre d’appel dédié à orienter et répondre à toutes les demandes et réclamations de nos clients. Je pense que la loi vient pour cadrer et protéger les consommateurs et cela est incrusté dans l’ADN de notre entreprise.

Concernant la réglementation, elle va nous permettre d’avoir un cadre plus précis par rapport ce qui est en vigueur actuellement, mais dans plusieurs aspects, on est déjà dans la norme, à l’égard de l’enregistrement du nom de domaine en .dz. Je pense que l’adoption de ce projet de loi va nous renforcer encore plus.

 

Qu’en est-il des chiffres du festival Black Friday que vous organisez actuellement ?

C’est une opération très importante qui nous a permis de recevoir sur la plateforme Jumia.dz près de 10 000 commandes sur 150 000 visiteurs durant la première journée du 24 novembre. On a aussi enregistré un pic de 3800 visiteurs au même temps. On estime que c’est un vrai succès pour nous et l’opération va continuer jusqu’au 8 décembre de l’année en cours (15 jours).

 

Est-ce que la plateforme Jumia.dz est prête pour l’E-paiement ?

Jumia s’inscrit pleinement dans les démarches entreprises par les autorités algériennes et les différentes entités qui s’occupent de l’E-paiement à travers des discussions avancées, on attend que les démarches se libèrent vers les opérateurs et nous seront à l’heure.

Jusqu’à présent, c’est autorisé seulement pour certains services et grand facturiers, mais ce n’est pas encore autorisé pour le E-commerce.

 

Certains aspects de la nouvelle réglementation du e-commerce ne vous permettront pas d’exercer votre activité pleinement, comment vous allez y parvenir ?

Notre approche c’est d’être un générateur de business pour les entreprises partenaires de notre plateforme, que ce soit un restaurateur sur Jumia-Food, un hôtelier sur Jumia Travel ou un producteur sur Jumia e-commerce. On est des intermédiaires, on ramène du business à ces acteurs là qui sont principalement des Algériens.

Si dans le cas où le cadre réglementaire change, on va s’adapter à toutes les situations et aux contraintes qui sont imposées par tous les acteurs autour de nous. Je le répète, notre plateforme est un canal qui permet aux fabricants et vendeurs de distribuer leurs produits dans les 48 wilayas et même dans les communes et daïras les plus éloignées.

 

On a aujourd’hui quatre bureaux de liaisons : Alger, Béjaia, Oran et Tlemcen. On a un plan de développement pour se déployer sur une dizaine de wilayas à partir du début de l’année prochaine. 

Patrick Sophienne Baudry 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Y'a-t-il une erreur sur l'écriture du prénom, c'est Sophienne ou Sofiane ? .

    Rapporter Heureusement que.. vendredi 1 décembre 2017 17:56
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...