Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 24 Mai 2018

  •   Algérie Presse Service
  • dimanche 25 mars 2018 18:05

L’économie numérique pourrait devenir un moteur de croissance pour la région MENA

 

Le développement de l’économie numérique pourrait devenir un levier de croissance pour les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord et contribuer à accroitre les gains de productivité dans cette région, a indiqué l’économiste en chef de la Banque mondiale pour la région Mena, Rabah Arezki.

 

Dans un entretien accordé à l’APS à la veille de la tenue à Alger d’une conférence régionale de haut niveau sur l’innovation et l’économie numérique, Rabah Arezki, revient sur les "balbutiements de cette économie" dans les pays de la région qui pourraient devenir dans un avenir proche, si les conditions s’y prêtent, des superstars technologiques à l’instar de l’Inde.

L’économiste en chef précise que la région Mena qui pâtit dans l’ensemble d’un ralentissement économique, "devrait réfléchir à d’autres sources de croissance" et il se trouve que les nouvelles technologies de l’information et de la communication pourraient être ce moteur en mesure de doper les économies de la région.

"Miser sur l’industrie est devenu beaucoup plus difficile avec l’émergence de la Chine comme puissance industrielle" qui capte le gros des investissements, constate cet économiste, qui explique que les services pourraient constituer un tremplin pour une croissance à long terme de la région.

Pour participer à l’essor de l’économie digitale, les pays de la région auront besoin d’améliorer trois aspects importants, à savoir l’accompagnement financier des porteurs de projets, la régulation et l’apprentissage, résume M. Arezki.

La mise en relation des porteurs de projets avec les entreprises qui financent ces initiatives s’avère d’une importance cruciale. Les plateformes en ligne pourraient favoriser ce rapprochement. Il s’agit "d’appareiller l’offre et la demande d’emploi en ligne de sorte que ces jeunes innovateurs puissent trouver des entrepreneurs intéressés par le financement de leurs projets", explique ce responsable de la BM.

 

La régulation pour encourager l’innovation

 

 A la Banque Mondiale "les données nous indiquent qu’avec ces micro entreprises, la création d’emploi sera plus importante", relève cet associé non résident du prestigieux Think Tank américain Brooking Institution et de l’université d’Oxford.

La régulation devrait jouer, par ailleurs, un rôle de catalyseur en la matière, estime M. Arezki. "La régulation ne doit pas être un outil utilisé uniquement pour limiter les risques mais doit contribuer à accélérer le développement de l’innovation et de l’entrepreunariat".Aussi, il est essentiel pour les régulateurs de comprendre ces écosystèmes car il s’agit de nouvelles technologies qui nécessitent des politiques adaptées, souligne l’économiste en chef.

Encore faut-il souligner que pour faciliter l’émergence des startups et le développement de tout cet écosystème, il est primordial en matière de régulation de concilier l’objectif de limiter les risques avec la nécessite de promouvoir l’innovation et la compétitivité, enchaine-t-il.

La Banque Mondiale pourrait dans ce cadre aider les pays de la région à comprendre ces écosystèmes, à accroitre cette économie de l’apprentissage et à promouvoir la qualité des services dans certains domaines, relève M. Arezki.

 

La réforme de l’apprentissage

 

Les pays de la région doivent également préparer la jeunesse à ce nouvel environnement. La refonte de l’apprentissage devient une nécessité pour adapter les systèmes éducatifs aux besoins du marché et de l’économie de savoir, soutient l’économiste.

"Apprendre à apprendre pour être capable de se transformer", indique Rabah Arezki qui souligne la nécessité de mettre en place " un système de formation permettant d’être constamment à la pointe du développement technologique ". C’est "la refonte de la façon, dont on éduque, c’est aussi accorder plus d’importance aux sciences et aux mathématiques et à tout ce qui peut soutenir l’économie de l’innovation", note-t-il.

L’Inde, où le développement des Tic est devenu un levier de croissance, représente un modèle en la matière, et pourrait servir d’expérience pour les pays de la région afin d’en tirer les enseignements. D’ailleurs, l’exemple de l’Inde et du Pakistan sera discuté lors de cette conférence Selon l’économiste en chef. Les organisateurs de la conférence annoncent la participation de plusieurs responsables de Start-ups qui ont réussi à révolutionner le marché dans la région.

Parmi les participants, figure Mudassir Sheikha, directeur général de Careem, une application de mise en relation entre conducteurs et passagers, devenue concurrente de l’américain Uber. La conférence verra également la participation de Riad Hartani, cofondateur de Xona Partners et Ivalley.Co. Ce chercheur algérien basé à la Sillicone Valley est aussi consultant sur le projet Alger Smart City.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Je n'ai que deux mots à dire: Pauvre Algérie

    Je n'ai qu'une phrase à redire: Clientélisme, conservatisme et suivisme sont les mamelles du crétinisme, voilà pourquoi il est urgent en Algérie d'invalider l'intelligence des maux anciens

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système Monétique Biométrique SAOIB 31 et applications dérivées

    Rapporter GUENZET SOFIANE mardi 27 mars 2018 21:45
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Exxon mobil achètera de la Sonatrach la totalité de la production de lubrifiant de la raffinerie d’Augusta pour les dix prochaines années

Toute la production de lubrifiant de la raffinerie d’Augusta, acquise par la société nationale des hydrocarbures, sera achetée par Exxon mobil pour une durée de dix années, a déclaré le conseiller du PDG de la Sonatrach lors d’une conférence de presse.

Discrimination public-privé: L’Etat veut casser le secteur privé des assurances

Les entreprises publiques d’assurance et AXA ont un pouvoir illimité de souscription des assurances entreprises PME-PMI, tandis que les compagnies privées sont limitées en la matière à moins de 500.000.000 DA

Violence et réalités parallèles, les tendances des programmes de télévision algériennes

Une semaine après le début du mois Ramadhan, le constat que fait un téléspectateur des chaînes de télévisions  algériennes, publiques et privées,  est que la tendance des productions cette année  est à l’anachronisme et le voyage dans le temps pour les séries comiques et à la violence pour les caméras cachés ainsi que  les feuilletons dramatiques.