Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

  •   Nejma Rondeleux
  • mercredi 5 février 2014 04:30

TEDxCasbah, la franchise algérienne du TED, sort des murs du MAMA vers le Web

TedxCasbah AlgérieL’équipe de bénévoles du TEDxCasbah (Ph. N. Rondeleux)

 

L’événement TEDxCasbah, organisé samedi 18 janvier à Alger sur le modèle américain des conférences TED où des orateurs talentueux partagent leurs histoires, se poursuit sur la Toile avec la mise en ligne des vidéos des invités.

 

Pas toujours facile de parler de gestion des ressources humaines, de stratégie énergétique ou encore d’écotourisme, sans susciter bâillements ou autres signes de lassitude dans l’auditoire. A présent, troquer les interminables conférences immobiles derrière un pupitre pour un format court, avec un orateur debout, dans un décor de plateau télé, et vous obtiendrez des résultats remarquables. Le public adhère et tous les thèmes apparaissent dignes d’intérêt.

La différence tient souvent à la forme. C’est de ce constat qu’est née, en 1984 aux Etats-Unis, la conférence TED, acronyme de «Technology, Entertainment, Design» (Technologies, divertissement et design) qui rassemble des esprits brillants pour partager leurs idées. « Dans ces conférences d’un genre particulier, chaque intervenant dispose de 18 minutes pour inspirer, faire rêver, émouvoir, bousculer et perturber à travers son histoire… » explique le site officiel TED.com.

Le concept a fait des petits et a donné naissance à TEDx - une licence individuelle accordée par TED à des organisateurs indépendants désireux de tenir localement une conférence – qui a fait ses premiers pas en Algérie en 2011. Cette fois, c’est TEDxCasbah qui était à l’initiative de l’événement du 18 janvier. L’équipe de bénévoles, composée d’une quinzaine de jeunes gens, étudiant(e)s de toutes disciplines et artistes, n’en est pas à son premier coup d’essai. Il y a deux ans, TEDxCasbah avait organisé sa première édition sur le thème « Jeunesse et développement » à l’auditorium de la radio nationale. Cette année, c’est au Musée d’Art moderne d’Alger (MAMA) que se sont déroulées les festivités.

Langage moderne

A l’heure où les visiteurs quittent habituellement le musée, une file compacte se presse, ce soir-là, devant les portes vitrées. Lilia, 21 ans, étudiante en médecine, s’enthousiasme déjà : « J’ai découvert les conférences TED il y a deux ans et depuis je regarde régulièrement les « talks » (conférences) sur le Net. Certains me donnent une énergie folle. Ça motive, ça nous fait dire que rien n’est impossible ». A côté d’elle, Amira, 21 ans, étudiante en pharmacie, est venue spécialement d’Oran pour assister à l’événement. Les deux jeunes filles font partie des 200 « chanceux » retenus pour assister à l’événement. Pour décrocher leur ticket d’entrée, elles ont dû déployer leurs meilleurs arguments dans le formulaire d’inscription à remplir sur internet afin de convaincre les organisateurs de leur motivation pour TEDxCasbah.

« Nous avons enregistré 800 demandes en trois jours », confie Khaled Bouzidi, cofondateur de TEDxCasbah avec Nassim Hadj Benali. « La plupart des participants sont âgés entre 25 et 40 ans ». Après avoir obtenu la confirmation, chacun d’entre eux a reçu par courrier électronique, quelques jours avant la soirée, un kit de l’invité contenant le programme de la soirée, les noms des « speakers » (orateurs) et même un plan d’accès au musée. Pour les plus impatients, pressés d’en savoir plus sur l’événement sans attendre les derniers jours, la page Facebook TEDxCasbah fournissait régulièrement des informations, tout en maintenant le suspense. « Pour booster la page Facebook et la rendre plus interactive, nous avons eu l’idée d’annoncer l’identité des speakers au moyen d’un jeu de devinettes », explique Meriem Amroun, membre de l’équipe d’organisation. « Nous publions d’abord une photo floutée du speaker en demandant aux internautes de le reconnaître grâce à une devinette puis nous donnions la réponse accompagnée d’un texte de présentation sur le speaker ».

Au programme de ce TEDxCasbah 2014, révélé au fur et à mesure sur Facebook, onze speakers algériens, mais pas uniquement, ont été invités pour s’exprimer sur des sujets aussi variés que la trans-culturalité, le cancer du sein, le multimédia interactif, la sexualité, les énergies renouvelables, le tourisme au Sahara, la vie de clown, la performance économique, etc. « La diversité des thèmes fait partie des critères définis par TED que nous devons respecter », explique Khaled Bouzid. Il souligne la difficulté de la tâche : « Nous avons mis un an pour arrêter le programme ». Dans l’ambiance feutrée du musée, transformé en théâtre, les speakers se succèdent sur la scène éclairée de lumières rosées. Chaque intervenant dispose de 18 minutes pour exposer son sujet. Un grand écran placé au dessus de la scène projette les vidéos, photographies ou diaporamas illustrant les propos des conférenciers. Dans les rangs du public, des tâches lumineuses surgissent ça et là. Ce sont les écrans des téléphones portables et tablettes tactiles, plus nombreux qu’à l’accoutumée. Sur Twitter, les tweets #TEDxCasbah se multiplient.

TEDxCasbah hors MAMA

Pour cette seconde édition de TEDxCasbah placé sous le thème « Taper dans le mille », les organisateurs ont consacré d’importants moyens pour que les « traces vidéos et photos » soient complètes et de bonne qualité. Une bonne partie des financements reçus par les principaux sponsors Ooredoo et LVSC Méditerranée, entreprise algérienne de services spécialisée dans la gestion de flotte (Fleet Management) ont donc été affectés à la captation et à la photographie. « Un de nos objectifs majeurs de cette édition était d’assurer une large couverture filmée de l’événement afin de donner la possibilité à tous ceux qui n’ont pas assisté au TEDxCasbah de découvrir les conférences », témoigne Meriem Amroun. « Nous souhaitions que les internautes puissent retrouver le plus de traces possibles sur l’événement ». Les vidéos de chaque speaker seront mises en ligne progressivement sur le site internet TEDxCasbah.com, intégralement conçu par un des membres de l’équipe, informe Khaled Bouzid.

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

A ne pas manquer

Prev Next

Sonelgaz envisage d’exporter de l’électricité vers la Libye

La partie libyenne a exprimé son intérêt pour une éventuelle connexion au réseau électrique algérien.

DZ Joker provoque une avalanche de commentaires en promettant une vidéo le jour du vote

DZ Joker, auteur de la célèbre vidéo « Mansotiche » promet une vidéo explosive le jour du vote.

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio-vidéo)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.