Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 30 Mai 2017

  •   Propos recueillis par Abdelkader Zahar
  • samedi 10 octobre 2015 12:59

Samir Tahraoui, étudiant à l’INTTIC : "L'avenir de l'éducation c'est le e-learning et les MOOC"

Algérie MOOC INTTICSamir Tahraoui, étudiant à l'INTTIC d'Oran.

 

Elève ingénieur en 5e année de l’Institut national des télécoms (NTTIC) d’Oran, Samir Tahraoui, nous parle de son expérience d’étudiant avec l’enseignement online. Il nous expose les avantages du e-learning et des MOOC.

En tant qu'étudiant à l'INTTC, quel a été l'apport du MOOC qu'a lancé votre Institut pour l'enseignement à distance, dans vos études ?

Le cours proposé par Horizon Club (club scientifique de l'INTTIC) avec l'encadrement de l'équipe e-learning de l'Institut est une formation en ligne, que l'on peut pas définir comme étant un MOOC, que je rappelle est l'abréviation de "massive open online course". Un MOOC doit être non seulement en ligne mais aussi ouvert et massif, et surtout ouvert à tout le monde. Par rapport au cours en ligne lancé pour l'année universitaire 2014/2015 à l'INTTIC d'Oran, pour sa première version, il visait à expliquer le module "exposé" qui consiste à préparer une monographie et faire un exposé devant un jury. Ce module est proposé aux étudiants de 3e et 4e années sous forme de courtes vidéos.

En tant qu'étudiant ce cours m'a donné une possibilité de bénéficier des conseils des enseignants à avec liberté de choix du temps et de l'endroit où suivre la formation. J'aurai aimé avoir la possibilité de suivre de tous les cours de la même manière. D'ailleurs, c'est ce qui se passe en ce moment dans plusieurs universités à travers le monde. Les étudiants suivent le cours en ligne avec des quizz et des devoirs à rendre, et l'enseignant a pour rôle de les guider et les encadrer.

 

Comment fonctionne le (concept) MOOC du point de vu de l'utilisateur que vous êtes ?

Aujourd'hui, on peut dire que des milliers de cours ouverts en ligne sont accessibles dans le monde entier grâce à diverses plateformes qui propose différents MOOC dans différentes disciplines allant des domaines techniques à la médecine passant par la littérature. On peut en citer quelques unes de ces plateformes comme : canvas.net, coursera.org, edx.org, france-universite-numerique.fr, iversity.org, udacity.com, udemy.com, edraak.org… etc.

A quelques détails près, le fonctionnement est presque similaire dans toutes les plateformes. Je prends comme exemple la plateforme "france-universite-numerique.fr". Il y a la présentation générale du cours qui se compose d'une introduction du MOOC, de son contenu, et des prérequis nécessaires pour suivre le cours. La présentation de l'équipe du MOOC, les conditions d'utilisation, la date de début et de fin, la date de fin des inscriptions, les efforts estimés (nombre d’heures pas semaine), tout cela avec une vidéo de présentation. Le cours se décline en plusieurs semaines. A la fin de chaque semaine vous devez répondre à des quizz. Dans certains MOOC, l’apprenant doit remettre un devoir. Dans d’autres, il est appelé à réaliser un projet. A la fin du MOOC, vous avez la possibilité d'obtenir une attestation de suivi si vous avez atteint le seuil de points indiqués au début du cours. Il faut savoir aussi qu'il existe une version payante qui donne la possibilité d'obtenir des certificats vérifiés ou "verified certificates".

 

Êtes-vous à l'aise pour travailler avec la documentation électronique ?

Oui, très à l'aise. Nous vivons dans un monde où toutes les informations sont sous forme numérique : les journaux, les livres, les cours… Je pense qu’il est nécessaire d'être à l'aise avec la documentation électronique si l’on veut rester à jour avec les nouveautés.

 

Le MOOC permet-il l'échange avec les enseignants ?

Le MOOC à la base est un concept proposé par des enseignants. Donc une équipe d'enseignants propose le MOOC aux étudiants, après il y a un suivi et un partage grâce à l'espace discussion. Dans le cas de l'INTTIC d'Oran, il y a des enseignants qui nous proposent de suivre des MOOC, ça remplace un peu la bibliographie. Dans mon cas, je préfère regarder des vidéos de MOOC et répondre aux quizz et devoirs, que de lire un livre de 500 pages.

Je voudrais souligner qu'avec un collègue, Oussama Fellah, nous essayons de vulgariser le concept en Algérie des MOOC à travers un groupe sur Facebook "MOOC Algeria Community". Pour l'instant nous sommes à la première étape qui consiste à faire connaitre le maximum possible le concept MOOC aux algériens en partageant différents MOOC sur le groupe. La prochaine étape consiste d'aller sur le terrain, avec l'aide d'Horizon Club. Nous voulons créer des groupes afin de suivre des MOOC ensemble, ceci permettra non seulement de profiter du contenu des cours mais aussi de faire découvrir l'incroyable monde de cette forme de e-learning à un nombre plus important de personnes. Je rappelle que le concept MOOC est ouvert à tous, étudiants, enseignants, lycéens, employés, chômeurs.

 

La documentation livrée via le MOOC représente-t-elle un plus par rapport à ce qui est donné en cours, TD et TP ?

Oui. Ce qui m'attire le plus dans les MOOC, c'est leur aspect pratique. Généralement à la fin de chaque MOOC vous serez capable de réaliser un projet. Je sais bien que l'aspect théorique est aussi important que l'aspect pratique, mais pour moi une idée sans pratique ça reste qu'une idée. On apprend beaucoup mieux avec des projets.

 

Qu'elles sont les fonctionnalités qui manquent d'après vous au MOOC ?

Je ne suis pas un spécialiste de la formation en ligne, je vais donc plutôt parler du manque qui existe en Algérie. On peut dire que le terrain est quasiment vierge. Il faut dès maintenant investir dans des équipes spécialisées dans ce domaine. De vrais spécialistes, pas des enseignants qui s'en occupent uniquement à leurs temps libre. On n'a pas conscience de l'impact énorme que peut apporter ce concept à nos universités. Les étudiants pourront suivent leurs cours en ligne à n'importe quel moment et n'importe où, avec comme objectif un projet à réaliser. Pour moi l'avenir de l'éducation c'est le MOOC, et il faut commencer dès aujourd'hui.

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

3 Commentaires

  • Certes nous avons un grand retard par rapport aux infrastructures telecoms , mais ca n'empeche pas les personnes de suivre des moocs , vous pouvez telecharger le mooc quand la connexion est bonne et le suivre apres sans besoin de connexion , je pense que l'auto formation par les mooc ouvrira beaucoup de portes qui pourront à l'avenir diminuer le retard que nous avons , je souligne qu'avec un debit 512K j'ai pu suivre beaucoup de mooc , essayez vous allez aimer :)

    Bonne soirée

    Rapporter Tahraoui Samir lundi 12 octobre 2015 20:29
  • Bonjour,

    J'ai 64 ans et je suis vraiment très intéressé par les MOOC qui offrent généralement un très bon contenu et qui permettent d'accéder à des connaissances qui ont un rapport avec nos besoins professionnels mais aussi personnels (culture, loisir, sport).

    Je viens de finaliser les deux MOOC sur Afrique, développement et journalisme. C'est la première fois que je vois deux MOOC menés en parallèle pour permettre à deux communautés de se comprendre pour travailler main dans la main.

    Cordialement,
    J-F

    Rapporter Moizant lundi 12 octobre 2015 15:06
  • bonsoir, c'est sur que e-learning et les MOOC peuvent etre une solution à certains déficits de l'éducation mais avant tout il faut avoir une bonne infrastructure télécom et internet en algérie et une veritable politique numérique et intelligente et la nous sommes sommes sous développés, regarder le debit internet en algerie, nous avons meme pas un vrai adsl

    Rapporter esprit critique samedi 10 octobre 2015 19:58
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP revendique un nouveau Tebboune tous les mercredis

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vous approuvez cet objectif car il permettra d’effacer le déficit commercial ? - 28.8%
Vous considérez que c’est un objectif non raisonnable car il va créer de la pénurie et de la récession ? - 28.8%
Vous pensez que le vrai objectif du gouvernement est de maintenir coute que coute les réserves de change au-dessus de 100 milliards de dollars ? - 33.4%

Total votes: 860

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Pour le MPA, Messaoud Benagoun est victime d'une "machination diabolique"

Le MPA de Amara Benyounes prend acte du limogeage de Messaoud Benagoun, par le président Bouteflika mais prend la défense du ministre déchu qu'il dit victime d'une "machination diabolique".

La facture salée des impayés de l'électricité et gaz à Alger: 10 milliards de DA

Les créances détenues par la Société de distribution de l'électricité et du gaz d'Alger (SDA) sur ses clients sont de l'ordre de dix (10) milliards de DA, réparties à hauteur de 70% sur des administrations et entreprises publiques et de 30% pour les clients privés, a appris l'APS auprès du P-dg de cette filiale de Sonelgaz, M. Merouane Chabane.

L'Opep cherche à coexister avec le pétrole de schiste (Analyse)

  Les producteurs de pétrole conventionnel et ceux du pétrole de schiste sont d'abord ignorés, puis ils se sont combattus. Aujourd'hui, en dépit d'objectifs opposés, ils discutent.