Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 7682
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 105
  •   Abed Charef
  • dimanche 15 janvier 2017 16:59

Droits télé : Issa Hayatou, beIN SPORTS et la mauvaise gouvernance

Les négociations pour la retransmission de la CAN 2017 par la télévision algérienne ont échoué. En accusant le président de la CAF, Issa Hayatou, et le groupe beIN SPORTS, la partie algérienne occulte ses propres défaillances.

 

Une vague de one-two-trisme a accompagné l’échec des négociations entre la télévision algérienne et le groupe beIN SPORTS pour l’achat par l’Algérie des droits de retransmission de la coupe d’Afrique des Nations 2017. Trop cher, trop de gaspillage, de l’argent mal dépensé, arrogance qatarie, mauvaises décisions de la Confédération africaine de Football (CAF) : le discours ambiant, mêlant un brin de taqachouf (austérité) et une pincée de nif (sens de l’honneur), a utilisé tous les arguments pour camoufler le côté obscur d’une gestion approximative. Sur les réseaux sociaux comme dans la rue, les arguments mettant en cause « les Qataris de  beIN SPORTS» et la CAF ont fait mouche auprès d’une partie de l’opinion.

Un spécialiste du sport, interrogé par Maghreb Emergent, a toutefois remis en cause ce schéma. Selon lui, Issa Hayatou, le président de la CAF, agit au sein de l’instance panafricaine « exactement comme le fait Mohamed Raouraoura au sein de la FAF». M. Hayatou a tissé, au sein du football africain, « des réseaux d’influence si denses et si efficaces qu’il peut agir à sa guise ». Cela lui a permis de faire avaliser par le comité exécutif de la CAF un contrat qu’il avait lui-même préparé avec le Français Lagardère, lequel a rétrocédé une partie de ces droits à la compagnie qatarie propriétaire de beIN SPORTS.

Doutes sur la gestion de Issa Hayatou

L’avocat Nasreddine Lezzar a décortiqué ces contrats. http://bit.ly/2iWv2qI. Selon lui, la démarche pêche par plusieurs défaillances graves : la durée du contrat, qui court jusqu’en 2028, la méthode utilisée, avec un contrat de gré à gré, sans recours à la concurrence. Selon le spécialiste du sport évoqué plus haut, le contrat est « forcément suspect » parce qu’il a été négocié par Issa Hayatou, sur qui pèsent de forts soupçons dans le cadre des enquêtes menées à propos de la gestion de la FIFA.

Sur les réseaux sociaux, où la parole est plus libre, les propos ne sont pas aussi prudents. Le nom de Issa Hayatou est souvent accompagné du mot corruption. « Les réseaux du président de la CAF restent omniprésents, mais quand ça va exploser, ça va être terrible », affirme un ancien haut dirigeant du football algérien, ajoutant : « il est impossible que le dernier contrat, qui va jusqu’en 2028, ne soit dénoncé tôt ou tard ». Il va dans le même sens que l’avocat Nasreddine Lezzar, qui est formel : « Seule une ‘’pluralité des offres’’ serait le signe d’une mise en concurrence de plusieurs soumissionnaires. L’attribution de ce méga contrat s’est faite de gré à gré. Le montant, aussi, n’a jamais été révélé », affirme l’avocat.

Montants « exorbitants » ? .. Pas si sûr

Mais ce volet CAF est très utile pour cacher l’incurie de la partie algérienne et la mauvaise gestion du dossier. Selon les informations de presse, beIN SPORTS aurait exigé de la télévision algérienne près de dix millions de dollars pour la diffusion de la CAN 2017 (1.35 milliards de dinars. Une somme qualifiée « d’astronomique » sur les réseaux sociaux, alors que la télévision algérienne parle, dans un communiqué, de « sommes exorbitantes exigées» par beIN SPORTS. Ces droits se situent à des niveaux qui « n’ont jamais été atteints auparavant ».

Cela donne libre cours au one-two-trisme. « Voilà comment tout un pays est pris en otage pour ne pas avoir su défendre ses intérêts », peut-on lire sur un site, qui ajoute que la CAF « impose son diktat ». Le site Tout sur l’Algérie  de son côté que cela se fait avec « la complicité de certains présidents de fédérations ». Pour TSA, « les pays de l’Afrique du Nord sont les principales victimes de ce chantage médiatique ». (http://bit.ly/2jMkmLs)

Amateurisme

Un ancien haut responsable de la télévision algérienne tient un discours totalement différent, au moins sur deux points. D’une part, il soutient que les droits télé du football grimpent chaque année et atteignent de nouveaux records à chaque négociation. D’autre part, il affirme qu’une chaine de télévision de l’envergure de l’ENTV « peut rentabiliser un investissement de ce niveau ».

Pour le football, « tout est négociable », dit-il. « En Algérie, il est possible de trouver une multitude de sponsors pour les matches, les émissions concernant la CAN, l’avant-match, l’après match, etc. », dit-il. Et même dans le cas, « peu probable », où la chaine de télévision en question ne peut pas rentrer dans ses frais, « cela peut entrer dans l’une des deux catégories suivantes : elle réalise une opération de prestige qui va lui apporter un public pour la suite, et cela fait partie de sa mission de service public. Après tout, c’est l’équipe nationale. Elle mérite qu’on perde un peu d’argent pour elle».

Ce petit pays si encombrant

Mais pour cela, elle doit se préparer bien avant l’échéance. « On ne négocie pas la retransmission d’une compétition une semaine avant le premier match. Cela se fait des mois, voire des années auparavant », dit-il. « Aujourd’hui, la retransmission de la coupe du monde 2018 en Russie devrait être bouclée, pour commencer à chercher les sponsors potentiels et calculer ce que ça peut rapporter. A partir de là, on peut définir un seuil de négociation », précise-t-il.

Un spécialiste de la communication n’hésite pas à parler « d’amateurisme ». Il est conforté par un ancien diplomate qui, tout en se montrant « outré » par l’omniprésence des Qataris, se demande si c’est la bonne attitude à adopter envers ce pays, que l’Algérie va souvent croiser dans les années à venir. « De l’attaque de Abdelmadjid Tebboune (ministre de l’habitat), contre la star d’Al-Jazeera, l’algérienne Khadidja Benguenna, il y a des attitudes difficiles à expliquer ». D’autant plus, ajoute-t-il, que « la coupe du monde 2022 se jouera au Qatar. Comment expliquer ce contraste alors que l’ancien Emir du Qatar était en visite privée à Alger la semaine dernière, ce qui montre bien que des relations différentes sont possibles ».

 

 


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



5 Commentaires

  • Excellent cet article ! il n y a que la vérité qui dérange. quant aux autres, il leur reste le wantoutrisme pour continuer à dormir.

    Rapporter Sport lundi 16 janvier 2017 12:50
  • • La gestion de l’acquisition ou non des droits de diffusion de la CAN17 n’est pas le premier ni le dernier dossier dans lequel la FAF fait, selon le point de vu du téléspectateur, du n’importe quoi. Je ne crois pas qu’il sera facile à la CAF de s’en tirer : à court terme, si les résultats de l’EN déçoivent (élimination au 1er tour); à long terme, si la justice – américaine, notamment – persiste à chercher des poux sur la tête de M. Hayatou, le Camerounais septuagénaire président de la CAF depuis… 1988 ! D’aucuns disent que la CAF est une FAF en miniature en matière de corruption, avec ses dinars et ses millions d’euros.
    Il n’est pas vrai que le peuple s’en fout : beaucoup n’ont d’autres ressources que les chaînes publiques pour suivre les matchs de l’EN.
    • Il semble qu’il va falloir gérer cette histoire du Qatar autrement. Ou, du moins, avoir une stratégie plus lisible.
    Le problème est peut-être dans le diachronisme des relations avec le Qatar : relations officielles de l’État algérien, d'un côté; relations personnelles de M. Bouteflika de l’autre. Ajoutons la perception populaire si elle est identifiée, variable à souhait, et nous obtenons un sacré spectre.
    ___________________
    Pour en savoir plus :
    – Droits de diffusion : http://www.jeuneafrique.com/392543/societe/can-2017-tv-publiques-arrachent-baisse-droits/
    – Présidents de la FAF : http://www.faf.dz/historique/les-presidents-de-la-faf/
    – Allégations de corruption vs Hayatou (bio Wili) : https://en.wikipedia.org/wiki/Issa_Hayatou
    – Une lecture intéressante bien que parcellaire des relations algéro-qataries : http://www.liberte-algerie.com/entretien/fini-le-temps-ou-lalgerie-etait-bousculee-par-le-qatar-207443

    Rapporter Kamal lundi 16 janvier 2017 09:17
  • Je le trouve trés bon ce papier moi. Et le commentaire du patriote un peu sadique non ? Le Charef de la Nation disait déjà la même chose. "Ne pas rejeter sur les autres nos propres turpitudes". Si dur à entendre ?

    Rapporter Samy Injar dimanche 15 janvier 2017 23:32
  • Pourquoi sommes nous obligés de renconter voir cooperer avec ce vilain petit Qatar avec lequel nous ne partageons rien?
    Pour revenir aux droits TV y'a pas de quoi faire un plat .Les algeriens ont toujours suivi les matchs grace au systéme DZ ,

    Rapporter KIMAGALEK dimanche 15 janvier 2017 20:03
  • Le Abed Charef de la Nation est bien mort !...il a été tué par le Abed Charef de Maghreb Immergeant !...un article digne d'une mahadjia de grand-mère...
    .....je ne dirai pas plus car la nausée me. .....

    Rapporter PATRIOTE-SADI dimanche 15 janvier 2017 18:35
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.