Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Février 2017

  •   Tunis Afrique Presse
  • vendredi 3 juin 2016 14:26

Tunisie:L'Internet des Objets, un créneau à explorer pour créer des investissements et des richesses (ITES)



"L'investissement dans le secteur de l’Internet des Objets ou "Internet of Things" (IOT), peut aider à créer des investissements, des entreprises et des richesses pour la Tunisie, estime Hatem Ben Salem, directeur de l’Institut Tunisien des Etudes Stratégiques (ITES).

Le ministère des Technologies de la Communication et de l’Information et de l’Economie Numérique va lancer, cette année, un appel d'offres pour l'attribution de 15 licences à des opérateurs (téléphoniques) ou des entrepreneurs de services disposant de business modèles importants pour développer des projets et des services d’Internet des Objets (IOT).
L'IOT, qui semble un concept complexe, consiste à doter des objets qui nous entourent (appareils éléctroménagers, montres, télécommandes...), d'une capacité à communiquer, traiter des informations, prendre des décisions, envoyer des informations et des commandes. C'est tout simplement, rendre ces objets "intelligents", connectés et capables d'opérer de manière autonome et sans intervention humaine dans leurs échanges.
D'une façon plus concrète, l'Internet des Objets ou le Web des Objets, peut servir en Tunisie dans le domaine agricole pour réaliser des gains en temps et en productivité, ont indiqué des intervenants à cette rencontre. Par exemple, pour un hectare de culture céréalière qui produit le 1/3 de sa capacité, on peut introduire des "machines" ou des objets "intelligents" qui favorisent la rationalisation de l’énergie, l’optimisation de l’irrigation pour faire face au stresse hydrique, l’identification des maladies phytosanitaires ou encore la mise en place de capteurs de basse fréquence sur la terre pour avoir des informations sur le taux d’humidité et la température pour réussir le dosage et le temps de l’irrigation. Ceci peut aider à développer une agriculture intelligente, moins coûteuse et peu exposée aux risques.
S'exprimant lors d'un séminaire organisé par l’ITES et la Fondation Konrad-Adenauer Stiftung, mercredi, sur "l’Internet des Objets, quels enjeux pour la Tunisie" ?, Ben Salem a fait remarquer que des dizaines d’entreprises tunisiennes, notamment, des startups travaillent déjà dans cette activité de l’IOT, mais juste pour l’exportation dans le cadre de la sous-traitance pour le compte d’entreprises internationales. Ces entreprises devront se retourner vers le marché tunisien et y exercer, a-t-il dit.
Selon lui, il faut préparer le terrain à cette activité en mettant en place un cadre juridique favorisant la liberté de l’innovation, car le Web des objets peut servir aussi dans plusieurs secteurs tels que l'éducation, l'agriculture, l'industrie, le commerce, la gestion...
Dans le monde, le flux d’investissement dans l’Internet des Objets est estimé à 1500 milliards de dollars et à l’horizon de 2020, 50 milliards d’objets dans le monde, dont 250 millions de voitures seront connectés grâce à cette nouvelle technologie.
Selon le conseiller du ministre des Technologies de la Communication et de l’Information et de l’Economie Numérique Marwen Ben Said , d’ici 2020, le numérique va jouer un rôle primordial dans la transformation de la Tunisie. Par ailleurs, la stratégie de l’économie numérique en Tunisie "Tunisie Digitale 2020 " favorise cette orientation. Le monde des affaires doit suivre cette tendance, a laissé entendre Ben Said, qui recommande l'organisation d'un débat national sur ce sujet pour une prise de conscience collective.
Côté loi, il a rappelé que le nouveau code du numérique qui devra être adopté avant la fin de cette année ne va pas toucher seulement le secteur des télécommunications et des fournisseurs d’accès Internet, mais tous les autres secteurs et même les Startups pour donner plus de marge de manœuvre aux entrepreneurs tunisiens et inciter davantage à l’innovation.
L’Institut Tunisien des Etudes Stratégiques (ITES) et la Fondation Konrad Adenauer Stiftung ont signé, à cette occasion, un accord de coopération.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- « La pénurie de médicaments va être encore plus grave les prochains mois » (FAM)

  Lors d’une conférence de presse organisée aujourd’hui à Alger, la Fédération algérienne du médicament a tiré la sonnette d’alarme sur les effets indésirables causé par  la restriction d’importation de matières premières indispensables pour la fabrication de médicaments.

2016 a connu une hausse sensible des prix de détail de produits alimentaires de base (ministère du Commerce)

Ces hausses ont ainsi touché les prix des légumes secs et ceux de produits d'épicerie comme les pois chiches dont le prix moyen a flambé à 240 DA/kg en 2016 contre 165 DA/kg en 2015 (+46%), les lentilles à 190 DA/kg contre 161 DA/kg (+18%).

L'Algérie compte sur les nouvelles technologie pour alléger la pression sur ses universités surchargées (OBG, document)

  Un rapport de la Commission Européenne sur l’enseignement supérieur en Algérie daté de 2012 a fait état d’universités surchargées, bridées par une gestion inadéquate et un manque de ressources. « Chaque année nous recevons jusqu’à 10 000 candidatures mais nous ne pouvons accepter que 2500 étudiants, laissant ceux qui ne sont pas retenus en proie à la frustration et au désarroi, »...