Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 19 Février 2017

  •   Aymen Zitouni
  • lundi 20 juin 2016 19:08

Algérie-La coupure d’internet a eu un impact réel sur les entreprises

L’opérateur historique, Algérie Télécom, doit subir le contre coup de la coupure du réseau internet décidée par les pouvoirs publics: des pertes financières de pas moins de 100 millions de dinars pour une journée sans connexion, si l’on se réfère au bilan de la coupure du câble sous-marin de fibre optique Annaba-Marseille survenue en octobre 2015.

 

La décision du gouvernement d’imposer un black-out numérique, faute de pouvoir empêcher la «fuite» de sujets du bac en amont, a ébranlé tout le pays. Et en particulier le monde de l’entreprise. S’il est, pour le moment, difficile d’évaluer d’une façon précise les pertes engendrées par la «déconnexion» du pays du réseau Internet, puisqu’elles varient d’un secteur à un autre et du niveau d’usage de la connectivité dans les métiers de l’entreprise, il n’en demeure pas moins que l’impact est bien réel.

A commencer par le secteur des télécoms. Les trois opérateurs de téléphonie mobile (Djezzy, Mobilis, Ooredoo) qui commercialisent depuis fin 2013 des forfaits Internet mobiles, ont dû enregistrer des pertes sèches en termes de ventes de datas. Le fournisseur national d’Internet, Algérie Télécom, doit subir, lui, les plus gros dégâts, à savoir, des pertes financières de pas moins de 100 millions de dinars pour une journée sans connexion, si l’on se réfère au bilan de la coupure du câble sous-marin de fibre optique Annaba-Marseille en octobre 2015, établi par la ministre de Poste et des TIC, Mme Imane-Houda Feraoun. Cette dernière avait, alors, précisé que «les pertes financières en matière de connexion ont été estimées à 100 millions de DA par jour, soit 600 millions de DA pour les six jours de coupure!», sans parler du préjudice subi par les autres opérateurs économiques, à répertorier dans la case ‘’dommages collatéraux’’.

Les startups technologiques et les services

Ce préjudice peut être très important dans le cas, notamment, des startups technologiques et des entreprises spécialisées dans les services aux entreprises. Les secteurs les plus touchés sont les assurances et les banques ainsi que l’administration. En plus d’être une journée «chômée payée  d’office» pour ces secteurs, il est aussi «source de perte de clients et de prospects», explique Ali Kahlane, Président l’Association algérienne des fournisseurs de services internet (AAFSI ).

Pour lui, les perturbations sur le réseau décidées en haut lieu, sans être une coupure assumée, ont bousculé les habitudes de travail des entreprises qui n’y étaient pas préparées. Selon M. Kahlane, le coût de cette coupure n’est pas à appréhender seulement sous l’angle des pertes financières subies par lesentreprises, mais aussi du point de vue de l’organisation du travail qui a bien évolué depuis l’avènement de l’internet.

«La quasi-majorité des entreprises travaillent avec la messagerie électronique. Elles ont appris à travailler avec Internet. Et ce n’est pas du jour au lendemain qu’on peut réapprendre à travailler à l’ancienne», a-t-il expliqué. Et même s’il s’agissait seulement de bloquer les réseaux sociaux, cela aurait un coût. Pour M. Kahlane, le service marketing de certaines entreprises est très actif sur Facebook notamment. Le bloquer signifierait aussi des pertes en termes d’impact et de visibilité. 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

2 Commentaires

  • Y'a t'il vraiment des entreprise pour s'en plaindre ?????

    Rapporter chohri omar lundi 20 juin 2016 23:51
  • Super ! avec une décision aussi radicale, les investisseurs étrangers vont affluer en Algérie...

    Rapporter au pays des zombies lundi 20 juin 2016 20:17
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Les mesures du gouvernement algérien pour bancariser l’argent de l’économie parallèle ont échoué. Vous êtes favorable à quelle autre solution :

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

Colère à la faculté des sciences politiques "Alger 3" : les enseignants décident une grève de 3 jours

Victimes jeudi dernier d'une attaque violente menée par des étudiants présumés, les enseignants de la faculté des sciences politiques de l'université "Alger 3" qui mettent en cause le recteur ont décidé d'un mouvement de grève de trois jours à partir du lundi 20 février 2017.

Air Algérie se "porte mal sur le plan financier ... tout doit être visible" - Boudjemaa Talai

La gestion d'Air Algérie, qui fait face à des problèmes d'organisation, doit être "transparente", a déclaré dimanche à Alger le ministre des Travaux publics et des transports, Boudjemaa Talai, soulignant que l'entreprise "se porte mal" sur le plan financier.

Visite d’Angela Merkel à Alger : La coopération économique aurait été bien meilleure sans la règle du 51/49% (Opinion)

   Mme Angela Merkel sera en visite demain à Alger. Les aspects sécuritaires - notamment la question des clandestins en Allemagne - seront au menu. Mais quid de la relation économique? Le Pr Mebtoul fait un tour d'horizon et explique la règle du 51/49% appliqués aux IDE est dissuasive pour les PME qui "colonne vertébrale de l’économie allemande".