Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Janvier 2017

  •   Maghreb Emergent
  • jeudi 24 novembre 2016 12:40

Algérie-Après l’e-paiement, le gouvernement envisage d'introduire le paiement mobile

Quelques semaines après le lancement officiel du paiement électronique, le ministère délégué chargé de l'Economie numérique et de la Modernisation des systèmes financiers, pense déjà à introduire le paiement mobile.

 

Un groupe de travail sera mis en place à l'effet d'engager une réflexion sur les modalités de mise en oeuvre du paiement via téléphone mobile, annonce le ministre délégué chargé de l'Economie numérique et de la Modernisation des systèmes financiers, Mouatassem Boudiaf.

Selon l’agence APS qui a rapporté l’information, M. Boudiaf a fait cette déclaration lors de la cérémonie de signature de la charte monétique interbancaire à l’occasion de l'assemblée générale extraordinaire du  Groupe d'intérêt économique (GIE monétique) organisée dimanche dernier.

Cette cérémonie a réuni le président de l'Association des banques et établissements financiers (Abef), Boualem Djebbar, et des directeurs généraux des établissements membres du GIE Monétique (banques et Algérie poste).

Le ministre a annoncé à cette occasion « le lancement avant la fin de l'année en cours du télépaiement (paiement des impôts par les entreprises directement sur le site web de la Direction générale des impôts) ».

Un communiqué du GIE monétique annonce que cette charte monétique interbancaire « permettra à la communauté bancaire de se doter d'outils nécessaires pour la mise en place de produits et services monétiques innovants en apportant une valeur ajoutée certaine au citoyen ». Il s'agit d'une « brique dans l'édifice du système monétique interbancaire répondant aux impératifs communautaires visant à construire un système monétique interbancaire cohérent, performant et sécurisé, et ce, en mettant en place des règles de fonctionnement », explique la même source.

Pour rappel, l’ e-paiement a été lancé le 4 octobre dernier. Plusieurs entreprises ont ouvert ce service à leurs clients. Il s’agit d’Algérie Télécom, Mobilis, Air Algérie, Société des eaux et d'assainissement d'Alger (SEAAL), Djezzy, Ooredoo et Amana Assurances. 

L’option d'aller vers le paiement mobile sans passer par l'e-payement- en raison de l’essor de l’internet mobile (3G/ 4G)- a été envisagée un moment par le ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de communication (MPTIC). Ce dernier a opté pour e-payement après près d'une décennie de retard.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie entre dans sa 4e année de déficit budgétaire et extérieur. Que redoutez vous en 2017 ?

Vidéos

Algérie:"Il faut une stratégie globale pour développer le contenu en ligne"-Younes Grar

Vidéos

Les projections du gouvernement algérien sur la réduction des déficits sont irréalistes - Ferhat Aït

A ne pas manquer

Prev Next

Sonatrach : Nous n’avons pas failli à nos engagements gaziers envers la France

Interrogé sur les propos d'un responsable de GRTgaz (filiale de la société française Engie), cités par des médias français, qui a fait état d'une rupture dans l'approvisionnement en gaz du Sud-ouest de la France à partir de l'Algérie, une source de la compagnie pétrolière nationale a expliqué que les quantités contractuelles destinées à cette région française avaient été "totalement épuisées"...

Le président Bouteflika à Oxford Business Group: "L'Algérie est dans une position sûre malgré la baisse des prix du brut"

Le président Abdelaziz Bouteflika a accordé une interview au groupe britannique Oxford Business Group (OBG) publiée dans son dernier rapport sur l’Algérie.

L’Algérie a été en 2016 le 15e marché mondial de Renault

Dans l’ensemble du Maghreb, le groupe automobile français détient 38,5% de parts de marché, soit une hausse de 4,9% par rapport à 2015.