Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 16 Janvier 2018

  •   Par Akram Belkaïd, Paris
  • samedi 23 décembre 2017 17:02

La neutralité du Net en péril [ LE BLOG ECO]

Internet est-il un service public ou une ressource marchande ? C’est la question qui est désormais posée avec la décision, aux Etats-Unis, de la Commission fédérale des communications (FCC, Federal Communications Commission) de mettre fin au principe de neutralité de la Toile.

 

Par trois voix contre deux, ses membres remettent ainsi en cause l’un des principes fondateurs du web, à savoir le fait que tous les flux de données qui y circulent sont traités sur le même pied d’égalité. Autrement dit, aucune donnée ne peut aller plus vite qu’une autre. Ou encore, aucun utilisateur n’est censé avoir priorité sur tel ou tel autre. Ou, enfin, la limitation des données transférées vaut pour tous, sans aucune distinction.

 

Des services plus chers

 

La fin de ce principe de neutralité annonce de grands bouleversements. D’abord, les fournisseurs d’accès à l’Internet (FAI) vont pouvoir revenir aux offres multicartes qu’ils avaient tenté de mettre en place aux débuts du boom Internet. La perspective d’un Internet à deux, voire plusieurs vitesses, relève donc du possible. Ici, un FAI pourra facturer plus cher la possibilité d’accéder plus rapidement à un site de vidéos (Youtube, par exemple) ou alors de télécharger un nombre plus important de documents, de photographies ou de données diverses. Pour simplifier, c’est comme si l’on transformait la Toile en un réseau routier avec des péages partout mais tous différenciés selon l’usage.

Certes, l’affaire n’est pas terminée. Des recours en justice ont été introduits aux Etats-Unis. De même, de nombreuses associations d’utilisateurs espèrent que les prochaines élections de mi-mandat (novembre 2018) vont modifier la composition du Congrès et permettre à des élus de remettre en cause la décision de la FCC. Mais, d’ici là, l’administration Trump est bel et bien décidée à mettre fin à la neutralité du web. Il faut y voir un lobbying intense mené par les entreprises de télécommunications. Ces dernières prétendent que la fin de la neutralité du web leur permettra d’investir dans de nouveaux services. Leurs détracteurs affirment, non sans raison, qu’il s’agira juste pour elles de faire payer plus cher ce qu’elles proposent déjà.

De plus, il est évident qu’avec le processus de convergence -les détenteurs des « tuyaux » (les réseaux) acquièrent les producteurs de contenu- le développement d’une entreprise ou d’une activité sur Internet ne sera plus le même. Un fournisseur d’accès, parce qu’il aura envie de se lancer dans telle ou telle activité (banque, jeux, etc.), favorisera sa filiale et appliquera des tarifs d’accès plus élevés pour les concurrents. Résultat, ces derniers seront pénalisés.

 

La fin d’une époque ?

 

De façon générale, cette question de la neutralité du web est liée à la bataille sans cesse renouvelée autour de son autonomie. Ses concepteurs voulaient un réseau décentralisé, coopératif. Une ambition qui va à l’encontre des intérêts économiques. Au vu de sa croissance impressionnante, du bouleversement qu’il induit dans tous les secteurs économiques, Internet est l’enjeu de vraies batailles de l’ombre pour son contrôle. On objectera que seuls les Etats-Unis envisagent de remettre en cause sa neutralité. Il est vrai que d’autres régions du monde, Chine comprise, n’y sont pas (encore). Mais, en matière de réseaux informatiques, c’est toujours l’Amérique qui donne le tempo. Le Net pour tous au même prix (ou presque), c’est peut-être bientôt fini.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Sujet absolument vital non seulement pour les Etats Unis mais pour tout le monde. Donc complément d’explications.
    La Commission Fédérale de Communication (CFC) a voté l’abrogation des règles de neutralité datant de l’ère d’Obama, qui obligeaient les fournisseurs de services Internet à offrir un accès égal à tous les contenus Web sans facturer les consommateurs pour une livraison de meilleure qualité ou de donner un traitement préférentiel à certains sites Web.
    Les règles qui ont été abrogées étaient entrées en vigueur en 2015, établies dans un plan de réglementation d’une Internet en rapide évolution. En vertu de ces règlements, le service à large bande était considéré comme une utilité en vertu du titre II de la Loi sur les communications, ce qui confère à la CFC un large pouvoir sur les fournisseurs d'accès Internet. Les règles cependant interdisent les pratiques suivantes :
    • Blocage : Les fournisseurs de services Internet ne pouvaient pas discriminer tout contenu licite en bloquant des sites Web ou des applications.
    • Limitation : Les fournisseurs de services ne peuvent pas ralentir la transmission des données en fonction de la nature du contenu, à condition qu'il soit légal.
    • Hiérarchisation payée : Les fournisseurs de services n'ont pas pu créer une voie rapide Internet pour les entreprises et les consommateurs qui paient des primes, et une voie lente pour ceux qui n'en ont pas.

    Rapporter Faro Laz samedi 23 décembre 2017 22:46
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Ouyahia va-t-il lâcher Haddad ?

Le Premier ministre a décidé d’annuler  sa participation à la conférence-exposition que le FCE (Forum des chefs d’entreprise)  organise conjointement avec la Sonatrach et la Sonelgaz, à partir de demain pour  sauver sa probable « rencontre avec son destin ».

Algérie : le complexe gazier de Tiguentourine a produit près de 9 milliards m3 en 2017

 Le complexe  de Tiguentourine  produit,  en moyenne, entre 22 et 23 millions de m3/jour.

Algérie : Sonatrach va louer des équipements en Italie pour raffiner son pétrole brut

  11,5 millions tonnes de carburants sont raffinés en Algérie, alors que la consommation, qui a explosé ces dernières années, a atteint 15 millions de tonnes de carburants annuellement.