Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 24 Mai 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • samedi 17 mars 2018 13:00

Tollé sur les réseaux sociaux : Les appels pour boycotter les voitures "Made In Algeria" se multiplient

Depuis l’annonce, par le ministère de l’industrie et des mines, des prix de sortie d’usine des véhicules assemblés en Algérie, les appels au boycott de l’achat de ces véhicules fleurissent sur les réseaux sociaux.

 

Les pages Facebook algériennes appelant au boycott jugent non seulement que les prix affichés sont « excessifs » mais aussi que « les véhicules en vente en Algérie sont très chers par rapport aux prix appliqués dans d’autres pays ».

Des dizaines de pages et groupes sur Facebook ont été créés pour appeler à ce boycott à l’image de مقاطعةشراءالسيارات qui compte plus de 286 000 fans. D’autres pages plus populaires spécialisées de la vente et l’achat sur Facebook et des groupe d’amateurs de véhicules ont créé un hashtag #boycottez et en arabe #تستمر_المقاطعة et aussi#Manechriche.

Cette campagne de boycott lancée sur les réseaux sociaux est soutenue les associations de protection des consommateurs.

Pour rappel, Youcef Yousfi, ministre de l’industrie et des mines avait déjà déclaré plusieurs fois devant la presse nationale que son ministère « n’intervient pas dans les prix appliqués par les assembleurs » et tout de même, ces derniers ne doivent pas dépasser les tarifs appliqués aux véhicules importés.

Depuis 2015, les prix des voitures ont doublé dans certains cas, et dans d’autres ils ont grimpé entre 50% à 90%. Ces augmentations après l’installation des usines de montages est protégée dans le cahier des charges, mis en place par le ministère de l’industrie, par ce qu’ils appellent « une garantie sur investissement », ce qui pourrait signifier que cette « garantie sera payée par les consommateurs ».


Évaluer cet élément
(9 Votes)

Laissez un commentaire



4 Commentaires

  • Comme beaucoup d'Algériens, j'ai déploré la gestion de ce dossier par Bouchouareb et son équipe qui ont fait la partie belle à Renault et cédé aux caprices de Carlos Ghost. Au lieu d'autoriser des usines de montage en SKD ou CKD, nous aurions dû capitaliser sur le savoir-faire accumulé par les les sociétés nationales issues de la restructuration de l'ex-Sonacome (pour les moteurs et boites de vitesse), de la SNS (pour les tôles), de la Sonitex (pour les produits textiles tels que les revêtements des sièges) , de Sonipec ( pour les cuirs et simili-cuir), de l'ENPC (pour tous produits plastiques) et d'une brochette d'entreprises privées pour d'autres produits (composants électriques et électroniques, etc.) entrant dans la composition d'un véhicule. Moyennant modernisation de l'outil, elles auraient contribué à porter le taux d'intégration a plus de 60%. On a laissé un homme (Bouchouareb) décider du sort de notre industrie et sacrifier l'avenir du pays pour une carte de résidence en France. Aux consommateurs que l'on prend pour des pigeons de répondre par un appel au boycott de ces voitures de basse qualité mais aux prix exhorbitants. #BALANCETARENAULT!

    Rapporter Felfel Har lundi 26 mars 2018 15:16
  • Les voleurs c'est nos gouvernants Et ils veulent un 5ème mandat. Bande d'incompétants. En plus des prix, les contrats sont à sens unique et protège exclusivement le concessionnaire.

    Rapporter moumouh dimanche 18 mars 2018 17:34
  • J'ai dû lire une vingtaine d'articles sur le sujet et aucun journaliste n'a eu la presence d'esprit pour ne pas dire la curiosité intelectuelle d'indiquer si les prix etaient hors taxes ou ttc. Cela fait une sacrée difference...

    Rapporter De Omni dimanche 18 mars 2018 15:50
  • Le prix de la voiture monter en Algérie elle doit coûter 20 à 30% moins cher qu'une voiture importer . L'explication les pièces elles sont toutes au même prix sur les réseaux des constructeurs. Par contre la ils font les économies c'est dans la main d'oeuvre.hors que un technicien algérien il est payé dix fois moins cher qu'un français. C'est pour cette raison qu'ils ont bloqué l'importation pour obliger acheter local pour se remplir les poches c'est une escroquerie avec la complicité du ministre. Pour information j'étais un ex derigeant d'une société qui sous.traite Renault extrusion thermoformage emboutissage et un peu d'injection

    Rapporter Ziani samedi 17 mars 2018 23:29
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Exxon mobil achètera de la Sonatrach la totalité de la production de lubrifiant de la raffinerie d’Augusta pour les dix prochaines années

Toute la production de lubrifiant de la raffinerie d’Augusta, acquise par la société nationale des hydrocarbures, sera achetée par Exxon mobil pour une durée de dix années, a déclaré le conseiller du PDG de la Sonatrach lors d’une conférence de presse.

Discrimination public-privé: L’Etat veut casser le secteur privé des assurances

Les entreprises publiques d’assurance et AXA ont un pouvoir illimité de souscription des assurances entreprises PME-PMI, tandis que les compagnies privées sont limitées en la matière à moins de 500.000.000 DA

Violence et réalités parallèles, les tendances des programmes de télévision algériennes

Une semaine après le début du mois Ramadhan, le constat que fait un téléspectateur des chaînes de télévisions  algériennes, publiques et privées,  est que la tendance des productions cette année  est à l’anachronisme et le voyage dans le temps pour les séries comiques et à la violence pour les caméras cachés ainsi que  les feuilletons dramatiques.