Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Octobre 2017

  •   Aymen Zitouni
  • mercredi 27 août 2014 11:19

L’Algérie « adopte » la certification électronique, prélude à l’émergence d’une économie numérique

Le commerce électronique génère 2,2 milliards de dollars à l'économie du Maroc

Avec beaucoup de retard, le gouvernement s’est enfin penché sur le dossier de la certification électronique qui a pris en otage l’émergence d’une économie numérique.

 

Le Conseil des ministres qui s'est réuni mardi sous la présidence du président de la République, Abdelaziz Bouteflika a examiné et adopté un projet de loi relatif à la signature et à la certification électroniques.

Ce texte vise à améliorer le climat de confiance dans la dématérialisation et la fluidification des échanges économiques ainsi que  la modernisation de l'administration par le recours à la technologie numérique, selon le communiqué du Conseil des ministres qui indique que le projet de loi énonce les conditions requises pour que la signature et la certification électronique aient force probante au regard de la loi.

Ce cachet légal qui manque au cadre juridique de la signature électronique légalement reconnu comme élément non matériel en remplacement de la signature manuelle depuis le lancement de la carte de paiement en 2005.

Renforcer la confiance dans les moyens d'échanges électroniques

 Le nouveau projet de loi devra renforcer  la confiance dans les moyens d'échanges électroniques en ce sens que la certification électronique permettra de faciliter l'identification et l’authentification  des parties impliquées dans ces échanges.

Ceci, d’autant que le nouveau texte institue différentes autorités de certification, à savoir, l'Autorité nationale placée auprès du Premier ministre, l'Autorité gouvernementale placée auprès du ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, et l'Autorité économique de certification électronique placée auprès de l'Autorité de régulation de la poste et des Télécommunications (ARPT).

 Selon le communiqué du Conseil des ministres, le projet de loi dispose, également, que les prestataires de la certification électronique exerceront dans le cadre de la concession et sous le contrôle de "l'Autorité économique de certification électronique".

Accompagner l’émergence d’une économie numérique

Avec beaucoup de retard, l’adoption de ce projet de loi devra accompagner les développements technologiques imposés par l’essor de l’usage du haut débit et récemment le haut débit mobile avec le lancement de la 3G à la fin de l’année dernière.

Véritable pierre angulaire du programme E-Algérie, l’absence de certification électronique a mis sur le carreau des niches entières d’économie numérique à haute valeur ajoutée notamment le commerce électronique.

Alors que le E-commerce génère plus de 2,2 milliards de dollars, correspondent à 2,3% du PIB global, grâce à la mise en œuvre de la stratégie nationale « le Maroc Numérique » (l’équivalent de la stratégie E-Algérie), il n’arrive pas à décoller en Algérie faute de moyens sûrs et pratiques de paiement électronique, malgré les multiples initiatives privées lancées sur le réseau internet local.


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Le point de l'actualité économique de Radio M

  Nous vous présentons, en français et en arabe, le point de l’actualité économique de Radio M., la web radio de Maghreb Emergent.

Le flash info de Radio M.

  Nous vous présentons, en français et en arabe, le flash d’informations de Radio M., la web radio de Maghreb Emergent.

Maroc - 33 activistes du Hirak comparaîtront devant la cour d’appel de Casablanca le 24 octobre prochain

Ces détenus et d’autres ont été arrêtés suite aux contestations qu’a connues le Rif, au nord du Maroc et qui avaient été déclenchés par la mort d'un vendeur de poissons, broyé dans une benne à ordures fin octobre 2016 à Al Hoceïma. Selon le président de l'Association marocaine des droits de l'Homme, Ahmed Haij, leur nombre total se situe entre...