Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Février 2017

  •   Reuters
  • vendredi 9 décembre 2016 09:31

Orange étend sa marque au Maroc et pousse ses pions en Afrique



Le lancement de la marque Orange au Maroc avec le passage de Méditel sous les couleurs de sa maison-mère française a été donné, lors d’une conférence de presse jeudi à Skhirat.


Le lancement de la marque Orange au Maroc est une décision importante qui “reflète notre volonté d’être un investisseur à long-terme dans le Royaume”, a indiqué le Président Directeur Général du Groupe, Stéphane Richard.
M. Stéphane Richard a mis l’accent sur les avantages de l’arrivée sur le marché marocain de la marque Orange avec l’ensemble de ses valeurs. Ce rebranding de Méditel à Orange se traduit également par une refonte de l’image de marque et de nouvelles offres.
L'opérateur marocain Meditel, contrôlé à hauteur de 49% par Orange, a été rebaptisé à son tour jeudi aux couleurs du numéro un français des télécoms, déterminé à jouer sa carte sur un continent africain au fort potentiel de croissance.
Orange Maroc est le 25e pays de l'opérateur aux 250 millions de clients dans le monde à rejoindre le pavillon Orange, la marque française la plus valorisée devant Axa et BNP Paribas, selon un classement établi par Brand Finance qui la place au 54e rang mondial.
"Dans le monde digital dans lequel on est, ce monde est caractérisé par une profusion de services et d'acteurs. Et au milieu de ce foisonnement incroyable, je crois qu'il est important pour les utilisateurs d'avoir quelques points de repères", a déclaré le PDG d'Orange, Stéphane Richard, lors d'une conférence de presse organisée dans la ville balnéaire de Skhirat entre Rabat et Casablanca.
Avec le changement de nom de Meditel qui suit celui de Mobinil en Egypte en début d'année et de Mobistar en Belgique, Orange a unifié sa marque à la quasi-totalité de ses actifs, à l'exception de récentes acquisitions en Afrique qui devraient changer de pavillon début 2017.
Numéro deux dans le mobile au Maroc avec 14,2 millions de clients, Meditel peine en revanche dans l'ADSL, segment sur lequel le numéro un Maroc Telecom compte plus de 99% de parts de marché.
"On ne peut pas dire que le vent de la concurrence ait beaucoup soufflé sur cette partie du marché", a souligné Stéphane Richard, qui demande que le cadre réglementaire soit appliqué.
Si le revenu moyen par abonné y est sept fois inférieur environ par rapport au marché français, le potentiel d'expansion est important dans une région où le téléphone portable pallie de plus en plus le manque d'infrastructures, à l'image des services de paiement.
Avec les rachats de Cellcom au Liberia, des filiales d'Airtel au Burkina Faso et en Sierra Leone et de Tigo en République démocratique du Congo (RDC), Orange a renforcé ces derniers mois sa présence sur une zone Afrique et Moyen-Orient qui a dégagé un chiffre d'affaires de 3,9 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de l'année, soit 12,8% des revenus de l'opérateur télécoms.
En Tunisie, l'opérateur aimerait se renforcer au capital de sa filiale Orange Tunisia dont il détient 49% au côtés notamment de l'Etat tunisien qui a fait savoir récemment qu'il souhaitait se désengager.
Orange est "assez optimiste" sur l'issue des discussions qui portent sur un bloc supplémentaire de 15 à 16% du capital, a expliqué à des journalistes Bruno Mettling, PDG d'Orange Afrique & Moyen Orient.
Sur l'Iran, Orange, qui souhaite comme beaucoup d'autres groupes français prendre pied dans le pays, se montre en revanche prudent.
Le numéro un français des télécoms a fait savoir début septembre qu'il discutait avec le premier opérateur mobile iranien, Mobile Telecommunication Company of Iran (MCI), en vue d'une éventuelle coopération dans plusieurs domaines.
"Nous considérons à l'évidence que le marché iranien est très intéressant, très prometteur. Maintenant on est extrêmement prudents parce qu'on voit la complexité de ce pays", a expliqué Stéphane Richard à des journalistes.
"On voit l'élément de complexité particulier qui est ajouté par la question des sanctions. Et donc on ne va pas se précipiter".


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Les mesures du gouvernement algérien pour bancariser l’argent de l’économie parallèle ont échoué. Vous êtes favorable à quelle autre solution :

 Changer les billets de banque comme en ce moment au Venezuela ? - 32.9%
 Proposer un taux de change favorable à ceux qui apportent leurs dinars non déclarés ? - 41.4%
 Interdire le paiement en liquide pour toute transaction supérieure à 500 000 dinars ? - 20.6%

Total votes: 1812

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

L’assurance des personnes gagnerait à intégrer des produits comme l’épargne-retraite - Olivier de la Guéronnière, DG d’Amana (Audio- RadioM)

  L’assurance des personnes a un bel avenir en Algérie pour peu qu’on y intègre des produits comme l’épargne retraite, assure Olivier de la Guéronnière, DG d’Amana de passage mardi 21 février dans l'émission "l'invité du direct" de RadioM.

Le passage en force de 850 de migrants à Ceuta suscite des questions sur un "jeu marocain"

  Quelques semaines après la menace des autorités marocaines de ne plus contrôler les flux migratoire vers l'Union européenne, au moins 850 subsahariens, selon des secouristes et les autorités espagnoles, ont pénétré depuis vendredi dans l'espace européen depuis l’enclave espagnole de Ceuta.

FanZone.dz: les pages des ambassades plus fréquentées que celles des institutions culturelles

Dans le classement des institutions internationales, on découvre que les pages Facebook des ambassades sont plus fréquentées que institutions culturelles. Primauté aux visas et aux études?