Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

  •   Amin Fassi Fihri
  • samedi 22 avril 2017 18:48

Maroc: Baisse du chiffre d’affaires de Maroc Telecom au 1er trimestre 2017

Le groupe Maroc Telecom a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 8,57 milliards de Dh au premier trimestre 2017, mais en baisse de 2,7% sur un an, indique l'opérateur dans un communiqué.

 

 

Le chiffre d'affaires au Maroc s'est établi à 5 milliards de DH, en recul de 2,6%, du fait du recul des revenus des activités Mobile (-3,6%) et Fixe (-1,2%) dans des environnements jugés concurrentiels et réglementaires peu favorables. "La réinstauration d’une asymétrie de 20% sur les terminaisons d’appels Mobile depuis début mars dernier et la baisse du revenu international entrant sont partiellement compensées par l’essor du chiffre d’affaires Data aussi bien Mobile (+ 58%) que Fixe (+7%)", souligne Ittissalat El Maghrib (IAM) dans son communiqué. Il exlique que ''dans un contexte marqué par un durcissement de l’environnement réglementaire et concurrentiel, les bons résultats du groupe Maroc Telecom pour ce premier trimestre 2017 démontrent la pertinence de son modèle de développement basé sur une dynamique commerciale efficace, centrée sur l’innovation technologique et des services répondant aux attentes de ses clients.'' Abdeslam AZhizoun, président du Directoire du groupe précise que ''le Groupe poursuit en parallèle l’optimisation de ses coûts, pour soutenir ses marges et renforcer sa profitabilité. Sa capacité d’investissement, ainsi préservée, lui permet de poursuivre sa stratégie de différentiation par la qualité de ses réseaux et de ses services sur ses marchés aussi bien au Maroc qu’en Afrique subsaharienne.'' A l'International, le chiffre d'affaires d'IAM s'élève à 3,76 milliards de DH, en baisse également de 2,5% sur un an, en raison, explique IAM, ''des effets de calendrier et de change défavorables ainsi que d'importantes baisses des tarifs de terminaison d'appel.''

 

Hausse du résultat des filiales africaines

 

Au dehors de ces effets, "le chiffre d'affaires des filiales africaines ressort en hausse de 1,6%", précise le groupe. D'autre part, le résultat opérationnel consolidé s'est établi à près de 2,47 milliards de Dh et inclut 183 millions de charges de restructuration additionnelles relatives au plan de départs volontaires lancé au Maroc fin 2016. Quant au résultat net part du groupe, il est de 1,366 milliard après la comptabilisation d’une charge de restructuration de 128 millions après impôts. Hors cet effet et la plus-value immobilière réalisée au 1er trimestre 2016, le RNPG enregistre une hausse de 8,7% (à taux de change constant) "grâce notamment au succès de la restructuration des nouvelles filiales dont le résultat net, au global, est maintenant positif".


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.