Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

  •   Yazid Ferhat
  • vendredi 27 octobre 2017 13:05

Ooredoo Algérie perturbé par l’éloignement de son PDG Hendrik Kasteel privé de permis de travail

La dernière apparition publique de Hendrik Kasteel remonte à sept mois

 

La dernière apparition publique de Hendrik Kasteel remonte à sept mois et l’opérateur qatari ne semble pas avoir trouvé l’aval des autorités algériennes pour son retour à Alger.

 

L’opérateur de téléphonie mobile Ooredoo Algérie fonctionne depuis des mois sans son Président Directeur général.  Hendrik Kasteel, nommé à la tête de l’entreprise, filiale du groupe télécom Ooredoo, le 21 septembre 2016 en remplacement de Joseph Ged, a manqué plusieurs rendez-vous médiatiques importants.

Sa dernière apparition publique remonte à la cérémonie de lancement de l’offre « Haya ! » le 22 mars dernier à Alger, suivie d’une conférence de presse. Depuis, le PDG de Ooredoo est systématiquement absent des grands événements publics de l’opérateur.

Le dernier en date est la cérémonie de la remise des prix du concours journalistique Média-Star 2017, organisée chaque année par Ooredoo. Pour sa onzième édition, ce concours a été « chamboulé » par l’absence de M. Kasteel qui n’aurait pas obtenu son permis de travail en Algérie, apprend-on de bonnes sources.

Selon notre source, son dossier de permis de travail s’est enlisé dans le « circuit bureaucratique » algérien, en raison d’une décision importante qu’il aurait prise alors qu’il n’avait qu’une autorisation de travail temporaire. « M. Kasteel a signé une décision de rapatriement des dividendes de l’exercice précédant son installation comme PDG de l’entreprise », explique notre source.

L’autorisation de travail temporaire de M. Kasteel suspendue, les dirigeants du groupe qatari ont eu des contacts avec les hautes autorités algériennes. Les négociations n’ont pas aboutis, alors qu’il y avait des prémices au règlement de cette affaire avant septembre, affirme notre source.

L’opérateur continue à fonctionner sans son principal dirigeant, mais surtout à expédier les affaires courantes. Comme la cérémonie de remise des prix du concours Médias-Star qui s’est déroulée sans lui le 15 octobre dernier, qu’il aura fallu «délivrée », après plusieurs mois de retard. Toutefois, il convient de signaler que M.  Kasteel a été présent le 25 octobre dernier à Paris à la cérémonie de remise des diplômes aux  cadres managériaux de Ooredoo ayant suivi le programme Executive MBA International-Paris en partenariat avec MDI-Business School d’Alger.

L’absence du premier manager de l’entreprise risque d’avoir un impact néfaste sur l’opérateur qui évolue dans un environnement très concurrentiel.

 

 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



5 Commentaires

  • Pourquoi vous n'écrivez pas que Hendrik Kasteel fait tous pour bloquer le syndicat des employés Ooredoo qui est un droit absolut et depuis plus de six mois il ne reconnaît pas le syndicat installé par un PV même après que l’UGTA lui a envoyé plusieurs relances ?!!!!!
    Hendrik Kasteel a le droit de bloquer mais il ne veut pas être bloqué oui quoi!!!!

    Pourquoi vous n'écrivez pas qu’il n’y a aucune transparence ni communication depuis mai 2017 au sein de l’entreprise ?!!!! résultat directe d'un sale jeux entre ce DG et le DRH Sabro Maloufi, c'est ca un leader, allez faire une enquete au pres des employés et vous allez voir le vrais visage de ces deux soi-disant leader.

    au dernier un grand échec pour Hendrik Kasteel et vive l'État Algérien.

    au suivant;

    Rapporter Algerien libre mardi 30 janvier 2018 13:51
  • Je prefere me taire, le system Algerien est scandaleux. et après, ils vont se plaindre du manque d'investisseurs!!, on demande plus de paperasse en Algérie pour un simple travailleur que l'on demande pour la citoyenneté en Amérique. hi hi hi

    Rapporter Ismail Aljazaerie vendredi 17 novembre 2017 20:04
  • Le virus de l'Algérie est sa bureaucratie, c'est encore un aperçu des blocages que vit l'Algérie depuis des décennies.
    M Hendrik a été confirmé par un permis de travail le 20 avril dans une procédure complètement légal. le fait de lui avoir substitué son permis de travail le 24 avril montre qu'il y a des choses qui dérangent certaines personnes corrompus qui souhaitent mettre l'Algérie dans le même cas de figure qu' Orascom. Le cas Hendrik en est un cas parmi d'autre. C'est notre économie et l'image de l'Algérie qui en pâtit "Dommage".Les pouvoir publiques doivent être les garants des investissements locaux et étranger, nous constatons qu'il existe deux discours complètement aux antipodes l'un "VENEZ INVESTIR NOUS VOUS OFFRIRONS LEUR MEILLEUR ACCUEIL ET TOUTE LES FACILITES..." et de l'autre " ON CONSIDÈRE L’INVESTISSEUR COMME UN VOLEUR QUI VIENT JUSTE POUR DÉTOURNER LES FONDS" nous avons des moyens inimaginables pour mettre redresser le pays mais nous sommes malheureusement entourés par des incompétents...

    Rapporter Ouyahi lundi 30 octobre 2017 11:10
  • Doing business en Algérie disait l'autre...

    Rapporter Klek Klek vendredi 27 octobre 2017 22:13
  • A part cela, les investisseurs étrangers sont les bienvenus.

    Rapporter Hayy ibn Yaquadhan vendredi 27 octobre 2017 16:38
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.