Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 13 Décembre 2017

  •   Aymen Zitouni
  • lundi 24 octobre 2016 16:58

"Le dossier de la retraite est trop sérieux pour être confié aux comptables" - Nouredine Bouderba (audio-vidéo)

 Noureddine Bouderba

Pour l’ancien syndicaliste et expert en relations de travail,, Nouredine Bouderba, la contribution des travailleurs dans le financement des caisses sociales leur donne le droit de revendiquer la retraite avant l’âge légal comme un acquis social. 

 

 

 

  Nouredine Bouderba, ancien syndicaliste, est revenu dans l’émission l'Entretien de la webradio Radio M, sur le dossier brûlant de la suppression de la retraite avant l’âge légal de 60 ans. Refusant l’approche comptable qu’on appose à ce dossier, il affirme que la retraite est quelque chose de plus sérieux pour le confier aux comptables.

« La retraite c’est le niveau de vie d’une grande partie de la population », a-t-il souligné en rejetant avec vigueur les comparaisons avec l’Europe qui servent d’arguments pour justifier la remise en cause de la retraite proportionnelle.

  Chiffre de l’OCDE et d’Eurostat à l’appui, il affirme qu’en Europe, le nombre de salariés actifs cotisants rapporté au nombre de retraités est de 1.65 pour 1, et il sera de 1 pour 1 en 2050. En Algérie, il est de 3.1 pour 1 actuellement, alors qu’il était de 5.7 pour 1 en 1990 et 2.7 pour 1 en 1997, au moment de l’institution de la retraite proportionnelle et la retraite sans conditions d’âge. 

 Il s’étonne à ce propos que ce ratio était meilleur en 1997, date de l’instauration du dispositif. Et de nuancer à propos des systèmes de retraite de par le monde qui peut être, selon lui, différent d’un pays à un autre en fonction des objectifs et politiques tracés. Il y a ceux qui encouragent la vieillesse active et ceux qui encouragent le travail de la jeunesse pour baisser le taux de chômage à travers les départs à la retraite.

 M. Bouderba relève que le choix de l’Algérie s’est porté sur la réduction de chômage qui tournait à l’époque autour de 15% de la population en âge de travailler. Il a fait remarquer que le nombre de départ à la retraite dans le cadre des deux dispositifs (sans condition d’âge et la proportionnelle) n’a pas dépassé les 114.000 entre 1997 et 2001. Il explique ce résultat par le fait que la grande majorité des travailleurs ne remplissaient pas les critères exigés, notamment le nombre d’année de cotisations qui tournaient en moyenne à 25 ans.

 Un acquis social des travailleurs

 

L’ancien dirigeant sydical défend en outre ce qu’il considère comme un « acquis social » des travailleurs. Pour lui, même si le monde du travail n’était pas à l’origine de l’instauration du dispositif, ce sont les travailleurs qui l’ont financé. Pour lui, il revient à l’Etat de corriger les inégalités dans les moments de crise, comme cela se fait de par le monde. Or, en Algérie, l’Etat n’a rien financé. « On a doublé le taux des cotisations à retraite à la charge des travailleurs qui est passé de 3.5% en 1991 à 7% aujourd’hui », a-t-il avancé. En contrepartie, les travailleurs pouvaient partir à la retraite avant l’âge légal.

La contribution des travailleurs est allée plus loin, selon lui, jusqu’à se substituer à l’Etat dans la prise en charge des dépenses de la solidarité, citant le cas des 7 années des fils de chahid, la retraite des gardes communales et les 150.000 travailleurs agricoles mis à la charge de la CNR. Ce dernier cas a engendré le premier déficit de la CNR en 1995.

 M.Bouderba revient par ailleurs sur la différence conceptuelle entre le dispositif de départ à la retraite avant l’âge légal et la retraite anticipée qui a été instituée en 1994 comme un amortisseur social qui devait accompagner la plans d’ajustement structurel imposé par le FMI.

 Dans le cas de la retraite anticipée le travailleur n’a rien à dire, a-t-il relevé, précisant qu’elle entre dans le cadre de la compression des effectifs des entreprises qui avaient des difficultés économiques. 

 « Ce dispositif n’a pas été utilisé contrairement à tout ce qui se dit sur la retraite anticipée. Il devait accompagner la mise en chômage de 400.000 travailleurs. Or, les chiffres officiels ne donnent que 40.000 travailleurs partis à la retraite anticipée de 1994 à 2000, soit moins de 7000/an », a-t-il souligné.


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • "..la retraite est quelque chose de plus sérieux pour le confier aux comptables.." donc il faut la laisser aux syndicalistes.. mdr comme disent les jeunes...

    Et le sérieux c'est quoi ? quand on dit que la CNR va être en faillite ce que montrent les chiffres, il répond que c'est un truc de comptable, le plus important est de préserver les "acquis sociaux". Comment ? on n'en sait rien, cela doit être un autre truc de comptable. comment ces acquis sociaux ont été obtenus ? par plus de cotisations ? non et les acquis sociaux sont pour ceux qui partent aujourd'hui, pour ceux de demain, après moi le déluge...

    Par contre, là ou je suis entièrement d'accord avec ce Monsieur c'est la dénonciation du détournement de ressources de la CNR pour payer la dérogation des fils de chouhadas, les agriculteurs ou les patriotes (tiens, il ne parle pas des militaires, courageux mais pas téméraire...). Normalement si les syndicats représentaient réellement les travailleurs, ils devraient ester l'Etat pour détournement......

    Rapporter Truc lundi 24 octobre 2016 18:33
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: "La clinique mobile de Sanofi a pris en charge 9000 patients en 5 ans"(DG)

Sanofi Algérie entend mettre à la disposition du ministère de la Santé une deuxième clinique mobile qui « permettra une meilleure couverture du territoire national ».

Algérie-logements AADL: Temmar appelle les entreprises à rattraper le retard

Admettant que la responsabilité incombe parfois à l'administration, le ministre a donné aux entrepreneurs l'opportunité de présenter des rapports détaillés sur des motifs éventuels de retard.

"L’Algérie a dépensé 2 milliards de dollars pour sauvegarder l’environnement depuis l’an 2000" (ministre)

  Selon la ministre, la somme dépensée pourrait être récupérée, dans sa totalité, grâce aux projets de recyclage de déchets.