Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Janvier 2017

  •   Hani Ghoualmi
  • mardi 1 novembre 2016 17:12

Smail Goumeziane: le ciblage des subventions doit se faire dans un minimum de consensus national (VIDÉO)

           

 "Les subventions, en tant que telles, ne sont pas un mal absolu" a soutenu l'économiste et ex-ministre du commerce M. Smail Goumeziane lors de son passage lundi à l'émission l'invité du direct de RadioM (voir la vidéo à partir de la 38ème mn). C'est une question à aborder avec prudence mais sans tabou.

 

"Tous les pays du monde (même les USA) utilisent des politiques de subvention, comme un outil économique" souligne-t-il, la question doit être approchée avec prudence mais sans tabou.

 "Quand on parle de subvention, il faut prendre en compte le pourquoi on subventionne tel ou tel segment de l’économie " indique-t-il en relevant qu'en Algérie ces subventions, notamment dans l'énergie, engendrent une "une série d’inconvénients» d’où la volonté du gouvernement de mettre en place la délicate mesure de « ciblage de subvention ».

  L’invité du direct de la Radio M a relevé que même les subventions de l'énergie peuvent être un élément attractif pour l'investissement. Le fait que l'attractivité de l'Algérie pour les investisseurs malgré cette énergie bon marché s'explique par le fait que ce critère ne suffit pas à lui tout seul. Il cite des facteurs dissuasifs, la règle du 51/49%, le cout du travail, la bureaucratie.

  Un ciblage des subventions trés délicat

 Les inconvénients indéniables associés aux subventions notamment au gaspillage qui découle de leur caractère général imposent bien entendu une politique de "ciblage".  Pour lui, il n'est pas normal que le chauffeur de taxi qui a besoin de l’essence pour son véhicule paye le même prix que "celui qui utilise son véhicule pour aller se promener le week-end à Bouchaoui".

 Mais, souligne-t-il, le ciblage des subventions ne doit pas être mené de manière bureaucratique. "Il faut faire participer tous les gens concernés par la subvention."  "Il faut absolument que le ciblage fasse un minimum de consensus au niveau national car, la question est extrêmement sensible" averti Smail Goumeziane.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Si SMAILGOUMEZIANE EST UN REFORMATEUR AVISE QUI CONNAIT BIEN LA PROBLEMATIQUE NATIONALE C EST DOMMAGE QU IL N A PU MENER A TERME LES REFORMES COMBIEN NECESSAIRES AU PAYS ET QUI NOUS ONT FAIT PERDRE PRESQUE 30ANS!
    oui effectivement la verite progressive des prix devrait se faire graduellement et prevoir une vraie couverture en direction des faibles pouvoir d achat ...Le lait par exemple constitue l aliment de base de nombreux menages marginaux sans ressources et qui echappent souvent aux circuits administratifs...cette levee des subventions doit etre encadree dans sa dimension economique ou les notions de revenu doivent etre bien pensee ... le litre d essence consomme par le fonctionnaire n a pas la meme valeur economique que celui consomme par un camion enegivore qui se permet le luxe de faire une course de transport de 5 quintaux sur un camion de 5TONNES SUR 100KM...IL Y A LIEU D ETRE RATIONNEL DANS L EVALUATION ET PERSPICACE DANS LA COMPENSATION...C EST UN DOSSIER TRES SENSIBLE QUI DOIT MOBILISER DE VRAIS EXPERTS...

    Rapporter MOKHNACHE mercredi 2 novembre 2016 11:35
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie entre dans sa 4e année de déficit budgétaire et extérieur. Que redoutez vous en 2017 ?

Vidéos

Algérie:"Il faut une stratégie globale pour développer le contenu en ligne"-Younes Grar

Vidéos

Les projections du gouvernement algérien sur la réduction des déficits sont irréalistes - Ferhat Aït

A ne pas manquer

Prev Next

Sonatrach : Nous n’avons pas failli à nos engagements gaziers envers la France

Interrogé sur les propos d'un responsable de GRTgaz (filiale de la société française Engie), cités par des médias français, qui a fait état d'une rupture dans l'approvisionnement en gaz du Sud-ouest de la France à partir de l'Algérie, une source de la compagnie pétrolière nationale a expliqué que les quantités contractuelles destinées à cette région française avaient été "totalement épuisées"...

Le président Bouteflika à Oxford Business Group: "L'Algérie est dans une position sûre malgré la baisse des prix du brut"

Le président Abdelaziz Bouteflika a accordé une interview au groupe britannique Oxford Business Group (OBG) publiée dans son dernier rapport sur l’Algérie.

L’Algérie a été en 2016 le 15e marché mondial de Renault

Dans l’ensemble du Maghreb, le groupe automobile français détient 38,5% de parts de marché, soit une hausse de 4,9% par rapport à 2015.