Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Mai 2018

  •   Algérie Presse Service
  • mardi 15 novembre 2016 07:51

Algérie - chute des recettes: 189 projets de marchés couverts gelés, 12 passent à la trappe

Marché couvert de Bab El Oued (Joël MOORS - Panoramio)

Les projets de réalisation de 189 marchés couverts sont "gelés", douze passent définitivement à la trappe. La baisse des recettes hydrocarbures en raison des restrictions budgétaires du fait de  la chute du prix du baril.



Les pouvoirs publics ont décidé de geler la réalisation de 189 marchés couverts et d'annuler 12 autres à travers le territoire national en raison des restrictions budgétaires dues à la chute des prix du pétrole, a appris l'APS auprès de responsables du ministère du Commerce.

"Suite à la chute des prix du pétrole, des mesures de restrictions budgétaires ont été prises par le gouvernement afin de rationaliser les dépenses. Dans ce cadre, des mesures de gel de projets n'ayant pas connu un début d'exécution ont été décidées", soulignent-ils.

Ces 201 gels et annulations, enregistrés par les services du ministère au 30 juin dernier, représentent 69% des projets de réalisation de 291 marchés couverts au titre du plan quinquennal 2015-2019.

Doté d'une enveloppe financière de 10 milliards de dinars en tant que contribution de l'Etat, ce programme public visait à mettre fin aux marchés illicites notamment, à l'amélioration des circuits de distribution des fruits et légumes, à la création d'emplois et à l'insertion des commerçants informels.

En août 2012 le ministère de l'Intérieur et des collectivités locales, en collaboration avec celui du Commerce, avaient entamé une large opération de suppression des marchés informels à l'origine d'un manque à gagner fiscal considérable.

75% des marchés informels éradiqués

Avant 2012, le développement du commerce informel s'était accéléré en raison notamment du déficit enregistré dans les structures formelles dont le nombre était de 1.500 marchés. Jusqu'à fin juin 2016, environ 75% des marchés informels ont été éradiqués, soit un 1.027 marchés sur les 1.368 sites recensés à l'échelle nationale.

Durant la seule année 2015, au moins 127 marchés avaient été éradiqués. En outre, sur les 49.600 intervenants dans ces marchés illicites, 21.132 ont été réinsérés dans de nouveaux marchés de proximité autorisés.

Par ailleurs, le programme de réalisation de huit (8) marchés de gros de fruits et légumes, confié à l'entreprise publique de réalisation et de gestion des marchés de gros (Magros), connaît un taux "appréciable" d'avancement des travaux, selon la même source. Il est ainsi prévu la réception de deux marchés de gros jusqu'à fin 2016 dans les wilayas de Sétif et d'Aïn Defla.

Les six autres marchés seront implantés à Ben Bieda (Guelma), à Sidi Abd El Moumene (Mascara), à Aïn Oussara (Djelfa), à Aïn El Beida (Ouargla), à El Ghrous (Biskra) et à Oued Athmania (Mila). Ces nouvelles structures sont financées à hauteur de 95% par des crédits bancaires.

Créée en 2011 pour remédier au déficit enregistré en matière d'infrastructures affectées aux marchés de gros, Magros s'attelle à réaliser et à gérer les marchés de gros pour garantir le libre-échange interne des produits agro-alimentaires et restructurer la chaîne de distribution.

Son programme vise à rattraper le retard accusé dans la réalisation de ces espaces après plusieurs décennies marquées par l'absence d'investissements dans la réalisation des marchés de gros.

Professionnels et responsables déplorent l'état de délabrement qui caractérise plusieurs de ces marchés dont la gestion est confiée aux collectivités locales, en dépit des enveloppes financières consacrées à leur réhabilitation. Le pays compte actuellement 42 marchés de gros occupant une superficie globale avoisinant les 100 hectares, à raison de 2,5 hectares par marché.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Média : Les réalisateurs étrangers à la rescousse de la production publicitaire en Algérie

Ce mois sacré de Ramadhan, qui fait monter la fièvre publicitaire et affoler les annonceurs, est devenu désormais le mois de surconsommation par excellence. Des dizaines de spots publicitaires défilent sans cesse à longueur de journée, tentant par tous les moyens de séduire le grand public.

Les défis de la logistique de distribution (contribution)

  La gestion de la chaîne logistique de distribution permet de mettre en œuvre l’ensemble des éléments contribuant à la distribution des produits. Le flux et les stocks, les retours, l’emballage, les équipements, les services de transport, de manutention, les systèmes d’informations…Ce concept relativement standard de la supplychain est en train d’évoluer. Son champ d’intervention s’élargit de plus en plus et...

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.