Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 17 Octobre 2017

Route Transsaharienne: partie algérienne terminée, de gros restes à réaliser au Mali et au Niger

Où on est-on pour la route transsaharienne? Côté algérien, les 1700 Kms ont été réalisés. Mais il reste encore de l'ouvrage au Mali et au Niger

 

Le Comité de liaison de la Route Transsaharienne (CLRT) œuvre actuellement pour l'établissement d'un plan d'aménagement couvrant le nord du Mali et du Niger et l'extrême Sud de l'Algérie, permettant l'identification des insuffisances et la mesure des enjeux liés à la rentabilité de la construction de cette route, a indiqué, mardi à Alger, le secrétaire général du CLRT, Mohamed Ayadi.

"Nous comptons établir un plan d'aménagement qui couvre le nord du M.ali, celui du Niger et le Sud de l'Algérie afin de donner aux institutions internationales une démarche claire pour qu'elles puissent nous aider dans le parachèvement du projet de la route transsaharienne, notamment dans la partie malienne où 700 kms sont encore en piste", a expliqué M. Ayadi en marche des travaux de la 66ème session du CLRT qui se tiennent mardi et mercredi à Alger, en présence des représentants des pays membres du Comité (Algérie, Tunisie, Mali, Niger, Nigeria et le Tchad).


Ce plan permettra d'identifier "les insuffisances et mesurer les enjeux de façon à trouver une rentabilité à la construction de la route dans certaines zones de cette région", a expliqué M. Ayadi, invitant les parties prenantes à continuer à travailler ensemble en dépit des problèmes financiers et sécuritaires que connaît la région.


Précisant que l'Algérie, qui préside le CLRT, a fait un "travail remarquable" avec la réalisation de 1.700 kms pour le parachèvement de sa partie de cette route, le responsable a rappelé que le projet de la Route Transsaharienne "aidera énormément tous les pays qui veulent commercer avec l'Afrique dans le futur".


Il a expliqué, dans ce sens, que la totalité du projet a été finalisée en Tunisie et au Nigeria, alors qu'en Algérie, un segment de 200 kms reste à terminer pour raccorder le pays au Mali, et un second de 10 kms pour joindre le Niger.


Au Tchad, a-t-il poursuivi, sur les 650 kms à réaliser, 280 kms sont en chantier et 200 kms rencontrent des problèmes financiers, tandis qu'au Niger sur les 1.600 kms prévus, un tronçon de 200 kms restant est actuellement en construction par une entreprise algérienne, alors qu'au Mali 700 kms sont encore en piste.


Estimant que la route transsaharienne constituera un axe de communication "majeur" pour le développement des activités commerciales et économiques, permettant également d'ouvrir de nouvelles perspectives pour le développement des pays du Sahel, le secrétaire général du ministère des Transports et des travaux publics, Ali Hammi, a rappelé dans son intervention que l'Algérie avait mobilisé sur le budget de l'Etat une enveloppe de plus de 3 milliards de dollars pour la réalisation de ce projet.


Par ailleurs, pour permettre des échanges commerciaux entre l'Afrique et l'Europe, l'Algérie a inscrit le raccordement de cette route transsaharienne avec la pénétrante autoroutière reliant le port de Djen-Djen (Jijel) à l'autoroute Est-Ouest, dont les travaux sont en cours de réalisation, ainsi qu'au futur port centre de Cherchell en cours de lancement, constituant ainsi des accès directs sur les grands ports de la méditerranée, a souligné M. Hammi.


A cet effet, a-t-il avancé, cette 66ème session du Comité offre non seulement une occasion pour "raffermir les liens ancestraux entre les pays de la région", mais aussi un cadre idéal pour évaluer les actions entreprises et poursuivre la coordination autour du plan d'action futur du Comité pour réunir les meilleures conditions de parachèvement de ce projet.


Les sessions de ce comité permettant d'échanger et de mettre à jour les informations techniques de chacun des pays membres et de coordonner la mobilisation des ressources pour la réalisation du projet et de son impact socio-économique. Lancée en travaux à la fin des années 1960, la Transsaharienne s'étend sur plus de 9.400 kms. Son axe central, qui relie Alger à Lagos (Nigeria), a plusieurs ramifications traversant le Niger, le Mali, le Tchad, et la Tunisie.

APS


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

vous vous attendez à ce qu'il se contente de gérer l'austérité ? - 17.4%
vous pensez qu'il est capable d'aller plus loin et d'engager une modernisation de l'économie ? - 13.4%
Vous pensez qu'il sera pris de vitesse par la dégradation de la situation ? - 61%

Total votes: 1325

Vidéos

TSA, Boudjedra, Boukrouh, Nekkaz, le CPP défend l’expression puis descend dans l’arène

A ne pas manquer

Prev Next

La Chine veut acquérir directement 5% de Saudi Aramco

"Une série d'options pour l'entrée en Bourse de Saudi Aramco continuent de faire l'objet d'un examen attentif", a dit un porte-parole de la compagnie pétrolière.

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.

Les normes industrielles algériennes reconnues à l’étranger

Si un laboratoire accrédité par ALGERAC donne un certificat à une entreprise quelconque ses produits sont susceptibles d’être exportés en Europe sans subir un nouveau contrôle à la frontière.