Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 27 Mars 2017

  •   Boualem Alami
  • lundi 9 février 2015 17:09

360 millions d'euros en 2015 pour la modernisation des aéroports marocains

Vue sur l’aéroport de Casablanca (photo publiée sur www.skyscrapercity.com).

Le programme de modernisation comprend la reprise des travaux de rénovation et de modernisation du terminal international T1 de l’aéroport de Casablanca, suspendus en 2010 à la suite de malfaçons. 43,5% de ce budget seront investis dans la poursuite du développement des capacités aéroportuaires du pays.

 

 

Un communiqué de l’Office national des aéroports (ONDA cité par L’Usine Nouvelle indique que son budget d'investissement pour 2015 prévoit quelque 3,88 milliards de dirhams, soit près de 360 millions d'euros, pour la modernisation des aéroports marocains.

Le programme de modernisation, précise le communiqué, comprend la reprise des travaux de rénovation et de modernisation du terminal international T1 de l’aéroport de Casablanca, suspendus en 2010 à la suite de malfaçons. Les travaux porteront notamment sur une reconfiguration de ce terminal dédié aux compagnies aériennes étrangères, le Terminal 2 étant réservé à la compagnie marocaine RAM. Un budget de 1,4 milliard de dirhams a été dégagé de l’enveloppe globale pour financer cette rénovation, qui doit être achevée en 2016.

Près de la moitié des 360 millions d’euros prévus par l’ONDA en 2015, soit 43,5 %, sera investie dans la poursuite du développement des capacités aéroportuaires du Maroc, alors que la sûreté et la sécurité des aérodromes accapareront 939 millions de dirhams (86,6 millions d'euros), précise l’ONDA.

La construction d’un nouveau centre de contrôle régional à Agadir a bénéficié d’une allocation de 645 millions de dirhams, soit 60 millions d’euros environ. 

 

Hausse du trafic de 8% en 2015

 

Le programme 2015 de l’ONDA comprend également le réaménagement et l’extension du terminal 2 de l’aéroport de Casablanca, la construction d’une nouvelle tour de contrôle et l’augmentation de 50% de la capacité du parking voitures, avec un financement de 2 milliards de dirhams.

L’ONDA prévoit une hausse du trafic passagers de 8% en 2015, avec un chiffre d’affaires de 3,5 milliards de dirhams, soit 369,2 millions d’euros. En 2014, le trafic passagers a augmenté de 4,84%, avec 17 millions de voyageurs, dont une hausse de 16,34% du trafic domestique, contre une croissance moyenne de 3,7% pour le trafic international, dont 20,3% vers l’Afrique. Le chiffre d’affaires 2014 a augmenté, quant à lui, de 9% à 3,2 milliards de dirhams.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie occupe une flatteuse 38e place dans un classement onusien jugé sérieux sur le bonheur dans le monde. Comment expliquez-vous un tel rang :

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Mahieddine Tahkout, le punching ball de l’échec industriel algérien (Opinion)

  La controverse autour de l'usine Tahkout a révélé l’indigence du projet industriel du gouvernement de M. Abdelmalek Sellal, mis en musique par Abdesslam Bouchouareb.

Controverse en Tunisie sur une possible émission de Sukuk sur le Nasdaq Dubaï

    Un accord entre la Bourse de Tunis et le Nasdaq Dubaï ouvre la voie au recours par l'Etat tunisien à l'émission de Sukuk islamiques sur la bourse de Dubaï. Une option devenue possible depuis 2013 mais qui suscite toujours des controverses en Tunisie

Oxfam dénonce l'utilisation abusive des paradis fiscaux par les 20 plus grandes banques européennes

Un quart des bénéfices des 20 plus grandes banques européennes a été déclaré dans des pays qui peuvent être considérés comme des paradis fiscaux, dénonce lundi un rapport d'Oxfam, pour qui cette proportion est démesurée au regard de l'activité générée dans ces pays.