Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Boualem Alami
  • lundi 9 février 2015 17:09

360 millions d'euros en 2015 pour la modernisation des aéroports marocains

Vue sur l’aéroport de Casablanca (photo publiée sur www.skyscrapercity.com).

Le programme de modernisation comprend la reprise des travaux de rénovation et de modernisation du terminal international T1 de l’aéroport de Casablanca, suspendus en 2010 à la suite de malfaçons. 43,5% de ce budget seront investis dans la poursuite du développement des capacités aéroportuaires du pays.

 

 

Un communiqué de l’Office national des aéroports (ONDA cité par L’Usine Nouvelle indique que son budget d'investissement pour 2015 prévoit quelque 3,88 milliards de dirhams, soit près de 360 millions d'euros, pour la modernisation des aéroports marocains.

Le programme de modernisation, précise le communiqué, comprend la reprise des travaux de rénovation et de modernisation du terminal international T1 de l’aéroport de Casablanca, suspendus en 2010 à la suite de malfaçons. Les travaux porteront notamment sur une reconfiguration de ce terminal dédié aux compagnies aériennes étrangères, le Terminal 2 étant réservé à la compagnie marocaine RAM. Un budget de 1,4 milliard de dirhams a été dégagé de l’enveloppe globale pour financer cette rénovation, qui doit être achevée en 2016.

Près de la moitié des 360 millions d’euros prévus par l’ONDA en 2015, soit 43,5 %, sera investie dans la poursuite du développement des capacités aéroportuaires du Maroc, alors que la sûreté et la sécurité des aérodromes accapareront 939 millions de dirhams (86,6 millions d'euros), précise l’ONDA.

La construction d’un nouveau centre de contrôle régional à Agadir a bénéficié d’une allocation de 645 millions de dirhams, soit 60 millions d’euros environ. 

 

Hausse du trafic de 8% en 2015

 

Le programme 2015 de l’ONDA comprend également le réaménagement et l’extension du terminal 2 de l’aéroport de Casablanca, la construction d’une nouvelle tour de contrôle et l’augmentation de 50% de la capacité du parking voitures, avec un financement de 2 milliards de dirhams.

L’ONDA prévoit une hausse du trafic passagers de 8% en 2015, avec un chiffre d’affaires de 3,5 milliards de dirhams, soit 369,2 millions d’euros. En 2014, le trafic passagers a augmenté de 4,84%, avec 17 millions de voyageurs, dont une hausse de 16,34% du trafic domestique, contre une croissance moyenne de 3,7% pour le trafic international, dont 20,3% vers l’Afrique. Le chiffre d’affaires 2014 a augmenté, quant à lui, de 9% à 3,2 milliards de dirhams.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Le Conseil de la nation en faveur du maintien des transferts sociaux en dépit de la crise

L'augmentation du budget des transferts sociaux de 8% dans le contexte de crise économique "n'est qu'un moyen pour acheter la paix sociale", selon le sénateur Moussa Temdar Taza du FFS.

L’approvisionnement de l’Egypte en GPL et GNL algériens en discussions

Parallèlement, le P-DG du groupe algérien Sonatrach a eu des discussions avec le patron de la compagnie pétrolière koweïtienne concernant la coopération dans le domaine du raffinage et de l’industrie  pétrochimique.

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.