Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 28 Mai 2018

  •   Amin Fassi-Fihri
  • dimanche 15 janvier 2017 17:18

Maroc: Sans Gouvernement et sans Parlement, Rabat veut défendre sa présence à l'Union africaine

Le Maroc va confirmer son entrée à l'Union africaine lors du prochain sommet de l'organisation, prévu à partir du 27 janvier prochain dans la capitale éthiopienne. Le roi en personne fera le déplacement ''pour défendre'' le dossier, selon le chef de gouvernement Abdelilah Benkirane.

 

Mais, auparavant, la loi relative à l'acte constitutif de l'intégration du royaume au sein de l'UA, doit être ratifiée par les deux chambres du Parlement. Même en l'absence de ces deux institutions du parlement marocain, le chef de gouvernement, sur injonction du roi Mohamed VI, a réuni vendredi les partis politiques marocains pour préparer les séances de vote à la chambre basse et la chambre haute du Parlement. M. Benkirane a expliqué au site ''360.ma'' que cette réunion avec les partis représentés dans l'ancien parlement visait ''la préparation de la ratification de l'acte de constitutif de l'intégration'' du Maroc à l'UA. ''On va constituer la Commission des affaires étrangères pour adopter le projet de loi sur l'admission du Maroc à l'UA'', a indiqué le chef de gouvernement, avant de préciser qu'''il n'y a pas de problèmes avec les partis.'' ''Nous sommes dans une période de consensus national. Sa majesté le roi va se rendre à Addis-Abeba pour défendre l’adhésion du Maroc à l’Union africain. Il faut qu’il dispose de tous les moyens ou ce dont il peut avoir besoin.’’ Selon M. Benkirane, l'acte constitutif d'adhésion à l'UA sera examiné lundi par la chambre basse du Parlement, et la ratification est prévue mercredi ou jeudi. Ensuite, il sera soumis à la chambre Haute (chambre des Conseillers ou Sénat), et la ratification sera effectuée vendredi.'' La ratification de l'acte constitutif de l'admission du Maroc à l'UA interviendra vendredi, selon le chef du gouvernement, car ''même en cas d'absence de majorité gouvernementale, on s'est mis d'accord avec les partis, dont ceux qui sont dans l'opposition comme le PAM''. Le Conseil des ministres avait adopté mardi dernier l'acte constitutif, son protocole additionnel et le projet de loi sur son approbation. Vingt deux ans après avoir quitté l’OUA (ancêtre de l’UA), Rabat avait annoncé sa demande d’adhésion à l'UA lors du dernier sommet à Kigali, en exigeant dans la foulée l’exclusion de la RASD. Ce que les pays membres, qui soutiennent plus que jamais la RASD, qui lutte pour l'indépendance du Sahara Occidental, occupé depuis 1975 par le Maroc, avaient refusé.

Le pays navigue sans gouvernement et sans parlement

Par ailleurs, M. Benkirane a confirmé dans le même entretien au site ''360.ma'' qu'il n'a pas encore de majorité gouvernementale. Mais, il a précisé, concernant la formation du prochain gouvernement, qu'''il n'y a rien de nouveau pour le moment.'' ''Aucune discussion n'a été menée dans ce sens au cours de la réunion de vendredi'', a-t-il dit, avant de confirmer que ''je n'ai pas encore de majorité. Il n'y a avec moi que le Parti du progrès et du socialisme (PPS, communiste), mais avec les autres partis, nous n'avons aucun accord.'' Un deal avec le chef du parti du ''Rassemblement National des Indépendants (RNI), qui assurait les voix de ses deux alliés (UC et MP), Aziz Akhanouch pour la formation d'une majorité gouvernementale, et la fin de la crise politique, avait volé en éclats la semaine dernière. Benkirane n'avait pas apprécié que les socialistes de l'USFP soient associés à ces négociations par le chef du RNI et ses alliés. La crise politique perdure depuis les élections législatives du 7 octobre. Le pays vit sans gouvernement et sans parlement.   

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les boulangers exigent une augmentation du prix du pain et menacent de faire grève

   Une baguette de pain à 13 dinars serait idéale pour garantir aux boulangers une marge bénéficiaire acceptable, selon la FNB.

Algérie:"Il faut rompre avec l’investissement social et passer à l’entreprenariat libre" (économiste)

  Selon M. Meddah, Les dispositifs d’aides à l’emploi (ANSEJ, ANGEM, CNAC…)  devaient en effet se limiter dans le temps pour céder la place graduellement à d’autres formes de conception afin de bien mener le passage vers l’entreprenariat libre.

Algérie: "Le problème du secteur de la santé a besoin d’une solution politique" (Chaoui)

  Nous sommes en phase de passage d’un paysage dominé par des maladies transmissibles à des maladies non transmissibles, selon le Pr. Farid Chaoui.