Dans une déclaration à l’agence de presse Reuters, le chef du département de la communication de la Sonatrach, Mounir Sakhri a affirmé que le mouvement de protestation des travailleurs de la Sonatrach dans les champs gaziers du Sud du pays, « n’a pas affecté la production ».

Sakhri a affirmé que « la production de Hassi Messaoud et de Hassi Rmel continue de fonctionner normalement ». Il a même minimisé ces mouvements de protestation en assurant qu’il y a eu « quelques manifestations mineures qui n’ont pas affecté nos affaires ».

Cette déclaration est venue suite actions de protestations menées par des travailleurs de la Sonatrach dans les plus importants champs gaziers du pays, observés ce dimanche contre les décisions du président Abdelaziz Bouteflika et le système.

Les propos du responsable de la communication de Sonatrach, viennent en appui à la déclaration du P-DG du groupe, Abdelmoumène Ould Kaddour, qui avait déclaré auparavant que « la grève n’a eu aucun impact sur la production nationale d’hydrocarbures ».

Il faut noter que les employés de la compagnie pétrolière nationale ont eu droit, le 12 mars courant, à une note de la direction des ressources humaines du groupe, qui a mis en garde les travailleurs contre toutes sortes de manifestations ou grèves.

La note précise que tout rassemblement ou arrêt de travail « constitue une faute professionnelle », en rappelant que « tout rassemblement de quelque nature que ce soit ou arrêt collectif et concerté, de travail, même de courte durée, en infraction des dispositions conventionnelles, réglementaires et légales constitue une faute professionnelle ».

La même note affirme que « Sonatrach, en sa qualité de locomotive de l’économie nationale et dans le cadre de sa ‘’responsabilité sociétale’’, compte sur l’engagement ‘’responsable’’ de ses travailleurs pour consolider ce statut, veiller à l’image du secteur et respecter strictement les dispositions réglementaires et légales en la matière ».

« Du fait de notre appartenance à Sonatrach, il est de notre devoir à tous, en notre qualité de vecteurs ‘’porteurs de ses valeurs’’, de défendre jalousement son image et impacter positivement son devenir », estime le document de la direction des ressources humaines du groupe pétrolier.