Photo Lyes Kerrar
Le fait de rendre public les textes des PLF et des PLFC permet, selon l’expert, d’instaurer un débat  plus serein et plus productif sachant qu’au final ce sont les parlementaires qui auront le dernier mot.

Lors de son passage à Radio M, Lyes Kerrar, expert financier et président du cabinet d’expertise Humilis, est revenu sur la loi de finances complémentaire pour (LFC) 2018, adoptée récemment au parlement.

Contrairement aux années précédentes, dira-t-il, cette fois le projet de loi de finances complémentaire, « est apparu » le premier semestre de 2018. Lyes Kerrar a rappelé, à ce propos, qu’auparavant  l’adoption de la loi se faisait pendant les vacances parlementaires, à travers un  décret. « Les choses arrivaient donc  par surprise, mais cette fois la loi a été débattue et votée », a-t-il souligné.

Dans le même sillage, l’invité de Radio M, a souhaité, que  les projets de lois de finances soient rendus publics sur Internet,  afin de permettre aux acteurs  concernés de donner leurs avis,  et pour éviter  la fuite  des documents en questions. « Car nous ne sommes jamais sûrs en ce qui concerne  l’authenticité des fuites. La publication des projets de loi va donc nous éviter de débattre de données dont nous connaissons pas réellement la source», a estimé M. Kerrar.

D’après lui,  c’est dans le meilleur intérêt de tout le monde  que les projets de lois soient publics. « Cela permet d’avoir un débat utile.  Et ceci n’empêchera pas les parlementaires d’exercer leurs prorogatives puisque c’est  eux qui  décident en fin du compte », a signalé l’invité du directe de Radio M.

Lynda Abbou