La troisième édition de « Rencontres Africa » prend fin aujourd’hui. Ainsi,  la participation algérienne demeure très mitigée par rapport aux autres pays africains notamment les voisins de l’Afrique du Nord.

Selon les responsables de la communication de  la société « AFRICA OBSERVER », organisatrice de la troisième édition de « Rencontres Africa »,  environ 175 personnes algériennes sont inscrites et une centaine d’entreprises algériennes ont affiché leurs leur présence à ce grand rendez-vous économique africain, qui se tient, rappelons-le, depuis hier à Paris. Notre source cite entre autres les  groupes Condor, Moussaoui et Rouiba. En 2016, rappelons-le, moins de 40 entreprises algériennes avaient pris part à cet événement.

Mais le grand absent à cette troisième édition, ce sont les responsables du Forum des chefs des entreprises (FCE), qui justifie son absence par son « agenda chargé » durant cette période notamment les préparations pour son université d’été prévue entre le 4 et le 7 octobre prochain.

Après deux éditions à succès, qui ont réuni en 2016 et 2017 près de 7 500 participants cumulés, Les Rencontres Africa 2018 s’inscrivent cette année dans une perspective d’échanges et de succès dans les relations franco-africaines. Cette 3ème édition enregistre à ce jour 1 945 participants dont 793 décideurs africains. Cet événement majeur de rencontres d’affaires a largement démontré qu’un nouveau modèle de rencontres entre entreprises françaises et africaines plus inclusives était possible. L’objectif, simple mais toujours aussi déterminant : « proposer aux participants de développer leur réseau professionnel en un temps record, et identifier une bonne partie de décideurs présents aux Rencontres Africa 2018 ».

 Cette édition 2018, notons-le, s’attache notamment à promouvoir les relations franco-africaines dans le secteur de la Santé. En effet, face à une démographie galopante mais aussi face à l’émergence d’une classe moyenne qui explose dans de nombreux pays d’Afrique, les besoins et les enjeux de ce secteur sont plus importants que jamais.