Environ 1.200 personnes, dont les représentants de près de 500 start-ups africaines seront en Tunisie du 24 au 25 septembre 2019 dans le cadre de la 2e édition du sommet africain des start-ups « Afric’Up ».
Cet évènement sera marqué par la présence d’une dizaine de ministres tunisiens et africains ainsi que de jeunes talents venus d’une trentaine de pays du continent, sans compter plusieurs bailleurs de fonds et investisseurs africains, européens et américains, a-t-il été dit au cours d’une présentation de l’évènement à la presse.
Le président-directeur général de TPM Group, Skander Haddar, organisateur de ce sommet, a indiqué que « l’Africa Startup Summit a pour objectif de promouvoir une culture d’innovation et de croissance partagée (…) et comprendra des conférences ainsi que des ateliers qui seront animés par plus de 150 intervenants et investisseurs de renom ».
Selon lui, un espace d’exposition sera mis en place et ouvert au grand public à cette occasion, en plus de tout un panel d’activités de compétition, telles que des « hackathons », le concours de la meilleure application mobile de commerce électronique et – pour la première fois sur le continent africain – le « makeathon », une rencontre qui offre des chances à 120 étudiants tunisiens, africains et allemands de créer des prototypes de nouvelles applications ».
Désigné ambassadeur d’Afric’Up, Mohamed Dalla, a assuré que « ce sommet traduit une alliance regroupant 27 pays africains, avec pour finalité de créer un marché africain unique dans le domaine digital, dont la valeur est estimée aujourd’hui à environ 300 milliards de dollars ».
M. Dalla pense que « la philosophie est de lancer un marché africain dédié au digital, avec quatre piliers principaux, à savoir l’infrastructure, la digitalisation du gouvernement, le renforcement de la formation des jeunes ainsi que l’innovation ».
« La Tunisie cherche à trouver son positionnement comme incubateur de l’éco-système de startupeurs africains (…) l’objectif majeur étant d’encourager les jeunes talents en Afrique », a-t-il conclu.