Le café presse politique a succombé cette semaine sous le flot des formulaires pour la candidature à la présidentielle. Il en est resté pour autant le CPP que l’on connaît. 

Le débat évolue lentement mais sûrement au talk politique le plus couru sur la toile en Algérie, le CPP de Radio M.  La question qui a hanté le débat depuis la rentrée, – y aura-t-il un 5e mandat ou pas ? – a laissé la place à une autre question, même si elle n’a pas totalement disparu. Que faudra-t-il faire pour les autre candidats lorsque la candidature de Abdelaziz Bouteflika sera annoncée ?  

Pour les invités autour de  Daikha Dridi, chaque candidat – ou candidat à la candidature – a sa logique. Passons sur les folkloriques, ils vont essayer de nous distraire encore quelques jours de l’essentiel. L’incapacité de Bouteflika à briguer un nouveau mandat. Reste les autres. Ils pourraient se diviser en deux camps. Ceux qui iront jusqu’au bout même si Bouteflika se présente, et ceux qui pourraient se retirer (comme les appelle à le faire Mouwatana) au cas où le président absent, aphone et malade persiste à rester au poste en volant un nouveau scrutin aux Algériens.  

La question en devient alors ; « faut-il quand même challenger le candidat Abdelaziz Bouteflika ? ».  Ou encore pour aller dans le détail, Ali Ghediri a-t-il raison de vouloir le faire ?   Sujet clivant. Le CPP s’est enflammé.  Il n’est pas revenu au calme en 2e partie lorsqu’il a été question de commenter le sens de la conférence de Nourredine Bedoui sur la harga.  Résultat de la pression étrangère pour Abed Charef, réaction à la pression interne pour El Kadi Ihsane.  A suivre et à évaluer sur SoundCloud (audio) et sur Youtube (Image).