Ministre du Commerce, Kamel Rezig.

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig agit en électron libre, se souciant peu du respect des protocoles et des prérogatives des autres ministres du gouvernement Djerrad. Depuis son installation, début janvier à la tête du ministère du Commerce, Rezig s’exprime sur tous les sujets et se permet même de prendre des initiatives dans des domaines qui relèvent des compétences de ses collègues au gouvernement.

Il visite un hôpital, discute avec le personnel médical, invite les investisseurs étrangers à venir s’installer en Algérie, lance des appels aux dons et à la solidarité, donne les nouvelles des patients atteints du Coronavirus et autres. Sa page officielle sur le réseau social Facebook est devenue en un laps de temps, une mini-agence de presse sur laquelle on trouve d’importantes informations officielles.

L’affaire Almarai, le début d’un processus

A peine installé dans son poste, le ministre a lancé une véritable guerre contre ce qu’il appelle « La mafia du lait ». Il a instruit ses équipes de mener des opérations de recherche et d’investigation pour identifier les raisons de la pénurie de lait en sachet subventionné par l’Etat.

Dans le sillage de cette guerre, le ministre fait, le 28 février dernier, une déclaration surprenante. Il invite le géant saoudien des produits laitiers Almarai à venir investir dans l’élevage de bovins en Algérie.

Il a rencontré l’ambassadeur d’Arabie saoudite en Algérie pour lui demander de faire part à la direction d’Almarai de l’intérêt des autorités algériennes quant à un éventuel investissement. L’annonce avait provoqué un tollé sur les réseaux sociaux et dans les rangs de la presse nationale.

Des experts économiques ont tout simplement rappelé au ministre que l’octroi de terres à une entreprise étrangère pour la construction des fermes géantes d’élevage de vaches ne relèvait guère des compétences de son département ministériel. Ils ont surtout souligné que c’est au ministre de l’Agriculture de prendre ce genre d’initiative. De même qu’un investissement dans l’industrie laitière doit passer par le ministère de l’Industrie.

Une visite à l’hôpital de Boufarik

Contre toute attente, le ministre du Commerce effectue le 26 mars, une visite à l’hôpital de Boufarik qui abrite le plus grand nombre de malades du Coronavirus en Algérie. Le ministre a discuté avec le personnel soignant. A son retour au bureau, il lance un véritable appel de détresse. Il fait savoir dans un message posté sur facebook que cet établissement hospitalier a besoin en urgence de tenues d’équipements et autres.

« L’hôpital de Boufarik a vraiment besoin de combinaisons de protection et de tenue de bloc à usage unique stérile », lit-on sur sa page. Il demandait aux citoyens de venir en aide à l’hôpital. Par sa sortie médiatique, le ministre égratigne son collègue, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid qui a rassuré, le même jour, les professionnels de la santé quant à la fourniture et la disponibilité de tous les équipements de protection contre le Covid-19 lors de l’exercice de leur travail.

Rezig contredit également Benbouzid lorsqu’il appelle les citoyens et les opérateurs économiques à aller déposer leurs dons à l’hôpital de Boufarik ou au siège du ministère du Commerce à Alger. Pour rappel, Benbouzid a demandé à tous ceux qui veulent faire des dons d’aller les déposer à la pharmacie centrale à Alger.

Une instruction du ministère de la Communication non suivie

Le ministre de la Communication n’a pas échappé à l’offensive de Kamel Rezig. Moins d’une semaine, après l’instruction, qui ne dit pas son nom, envoyée par le ministère de la Communication aux médias pour ne prendre comme source d’information fiable sur la question de Coronavirus que le Comité scientifique de suivi de l’évolution du Covid-19 en Algérie, Rezig s’est permis de donner les nouvelles d’un patient atteint de la pandémie hospitalisé à l’hôpital de Blida. Il s’agit d’un professeur en médecine. Le ministère du Commerce ne s’est pas plié à l’instruction du ministère de la Communication qui a désigné une seule source d’information concernant le Coronavirus.