Photo montage automobile

La Cour d’Alger vient d’émettre son verdict dans le procès du montage automobile et du financement occulte de la campagne électorale du 5e mandat.

La Cour d’Alger condamne ainsi les deux anciens premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme, approuvant ainsi le réquisitoire du tribunal de Sidi M’Hammed.

Dans la foulée de ce procès, l’ancien patron du Gruope ETRHB et non moins ancien Président du FCE, Ali Haddad, est condamné à 4 ans de prison ferme.  

L’homme d’affaires Mohamed Bairi est pour sa part condamné par la cour d’Alger à trois ans de prison ferme. Le patron du Groupe industriel Ival, avait nié catégoriquement, en décembre dernier, « avoir bénéficié d’avantages quelconques et d’exonérations fiscales ».

Dans cette même affaire du montage automobile, Hacène Arbaoui, propriétaire de l’Usine de montage de véhicules (KIA)  est condamné à trois ans de prison ferme. Ahmed Mazouz, patron du Groupe automobile Mazouz, voit pour sa part sa peine baissée à trois ans de prison ferme.

La Cour d’Alger a condamné par ailleurs et dans le même dossier, les deux anciens ministres de l’industrie Mahdjoub Bedda et Youcef Yousfi à 5 ans de prison ferme.

Dans le même dossier, l’ex-wali de Boumerdès,  Nouria Yamina Zerhouni et le Farès Sellal (fils de l’ancien premier ministre) sont condamnés à deux ans de prison ferme.