La compagnie aérienne française, Aigle Azur, a été mise en liquidation judiciaire par le tribunal d’Evry. Cette procédure est néanmoins assortie de la poursuite d’activité.

Les magistrats ont décidé de liquider Aigle Azur en butte à de grandes difficultés financières, mais avec une poursuite d’activité jusqu’au 27 septembre. Ce sursis permettra d’assurer les salaires des collaborateurs de la compagnie tout en accordant un délai aux candidats à la reprise de peaufiner leurs offres.

Ces derniers ont jusqu’à minuit ce mercredi 18 septembre pour les déposer, sachant que le tribunal prendra sa décision définitive au plus tard le 27 septembre.
« Aujourd’hui, les offres n’ont pas été suffisamment satisfaisantes », a insisté la présidente du tribunal Sonia Arrouas, à l’issue de l’audience à huis clos, lundi dernier.
Sur France Info, le secrétaire d’État français aux transports Jean-Baptiste Djebbari a évoqué le 17 septembre la « discussion exigeante » qu’a engagé le gouvernement avec Air France. Il souhaite que la compagnie nationale reprenne le maximum d’emplois.

Aigle Azur, en grande difficulté économique, s’est vue dans l’obligation d’annuler tous ses vols dès le 7 septembre courant. En effet, la situation financière de la société et les difficultés opérationnelles en résultant n’ont permis d’assurer les vols que jusqu’au 6 septembre au soir.
Depuis cette date, quel que soit l’aéroport de départ, les vols Aigle Azur ont été annulés.