Le chargé de communication de la compagnie aérienne algérienne Air Algérie, M Amine Andaloussi, a laissé entendre, alors qu’il était approché par une chaîne de télévision privée algérienne, El Bilad TV, en l’occurrence, que la reprise de la compagnie aérienne française Aigle Azur par le pavillon national n’était pas exclue.

« Cette option sera tributaire de l’étude préalable du dossier. » A poursuivi le même intervenant. Le porte parole d’Air Algérie a fait part de cette intention au moment, où, des experts recommandent vivement, de ne pas s’encombrer de ce legs qu’ils estiment empoisonné.

La compagnie aérienne française Aigle Azur spécialisée des liaisons vers l’Algérie, a été placée en redressement judiciaire. Elle espère trouver des repreneurs. « La compagnie Aigle Azur a été placée, le 2 septembre dernier, en redressement judiciaire par le tribunal de commerce d’Evry »,avait indiqué un communiqué de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) tout en soulignant « les difficultés de trésorerie rencontrées par la compagnie depuis plusieurs mois ».

« L’État est mobilisé pour accompagner la recherche de la meilleure solution possible pour préserver l’emploi et assurer la continuité de l’activité économique », avait assuré la DGAC. L’on avait également rapporté que les membres du comité d’entreprise qui s’étaient réunis au siège, près de l’aéroport d’Orly, avaient indiqué qu’Aigle Azur était « en cessation de paiement suite à plusieurs années d’errance liées à de nombreuses décisions stratégiques inadaptées ».

« Il est probable que la date limite de dépôt des offres soit fixée autour du 15 septembre 2019 », avaient-ils ajouté, déplorant que « ce dépôt de bilan arrive tardivement […] et [qu’il allait] limiter la recherche de repreneurs ».

« Plusieurs repreneurs potentiels » ont cependant exprimé un intérêt, selon eux. Parmi ceux-ci se trouvent l’un des actionnaires, Gérard Houa, Air France, ou encore Lionel Guérin, ancien directeur général délégué d’Air France, selon des sources syndicales.