Sonatrach déploie de gros efforts pour pouvoir  répondre à la forte demande locale et étrangère, selon le P-DG.

 

Le manque à gagner en matière de gaz en Algérie est de 50 millions de m3 par jour, a déclaré, hier, le Président-directeur général de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour en marge d’une visite à Hassi R’mel.

Il a annoncé, dans ce contexte, que la compagnie comptait accorder la priorité aux «projets novateurs » afin de combler ce déficit, notamment en ayant recours au gaz associés.

 » Nous avons un manque à gagner de 50 millions de m3/jour de gaz et nous  sommes en train de pousser nos jeunes ingénieurs à avoir des idées  novatrices, à l’instar de ce qui a été fait à Rhourd El Baguel (Hassi  Messaoud) », a-t-il déclaré selon l’APS.

Il a évoqué, à ce sujet, le nouveau procédé de récupération de gaz associés qui permettra, selon lui, de gagner une  dizaine de millions de m3 de gaz par jour. Cette catégorie de gaz était, habituellement, employées pour faire fonctionner les installations de l’usine de traitement  de Rhourd El Baguel. Il s’agira donc de vendre ce gaz au lieu d’en faire usage localement, à en croire le P-DG.

« Nous essayons de faire la même chose à Rhourd Ennous », a signalé  M.  Ould Kaddour ajoutant que Sonatrach « déploie de gros efforts pour pouvoir  répondre à la forte demande locale et étrangère en gaz naturel ».

Dans le cadre du renforcement des capacités de production, le patron de Sonatrach a évoqué  la mise en service de deux champs à Reggane et au Touat prévue avant la fin de l’année en cours.

  ‘‘Pour Reggane c’est certain. Concernant le champ de Touat, nous avons  ramené avec nous nos entreprises locales en vue de les pousser à accélérer  la mise en route de ce champ », a-t il fait savoir.

Une polémique est alimentée depuis des mois au sujet des capacités de l’Algérie de répondre à la fois à la demande locale et à ses clients internationaux. La demande locale, tout particulièrement, est en constante augmentation.