« C’est facile de dire qu’on va réaliser 4 000 MW en renouvelable et importer tous les équipements de l’extérieur. Mais ceci n’est pas l’objectif des pouvoirs publics, qui veulent installer une industrie en Algérie », a souligné le ministre.

Pas moins de 60 opérateurs privés ont soumissionné à l’appel d’offres pour la réalisation de 150 MW en énergies renouvelables, a indiqué ce dimanche le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, lors d’une conférence de presse organisée en marge de la cérémonie sur le guide des distributeurs du groupe Sonelgaz, organisée à Alger.

Le ministre a qualifié ce nombre  ‘’d’important’’ car, selon lui, « ces opérateurs vont installer une industrie en Algérie ». Pour Guitouni, ceci va permettre d’avancer rapidement dans cette nouvelle industrie du renouvelable, « ce qui va permettre d’économiser le gaz qu’on va exporter et aussi le gasoil qui nous coûte 2 milliards de dollars chaque année pour alimenter les centrales électriques et couvrir une demande en constante progression », a-t-il précisé.

Le ministre a indiqué, à ce propos, que tout cela fait partie d’une stratégie tracée par son département et qui commence à se concrétiser. « Le secteur de l’énergie a une stratégie et œuvre à aller tout doucement vers tout ce qui est économie d’énergie, transition énergétique, économie verte, etc. », a-t-il expliqué en ajoutant que « ceci demande du temps, mais tout est en train de s’installer et de se mettre en place ».

En réaction aux critiques émises au sujet des retards de réalisation des projets d’énergie renouvelable, notamment le lancement de l’appel d’offres des 4 GW, le ministre a indiqué que son département « n’est pas en train de ralentir la réalisation du projet des 22 000 MW, mais il est en phase de réaliser une industrie du renouvelable ».

« C’est facile de dire qu’on va réaliser 4 000 MW en renouvelable et importer tous les équipements de l’extérieur. Mais ceci n’est pas l’objectif des pouvoirs publics, qui veulent installer une industrie en Algérie et créer des postes d’emploi et de disposer de cette technologie en local », a souligné le ministre.

Il a par ailleurs indiqué que les 22 000 MW décidés en 2011, vont permettre de créer de l’emploi. « Il faut savoir que chaque Mégawattheure génère 30 postes d’emploi, et en multipliant ce chiffre par 22 000, on voit que ce secteur est pourvoyeur d’emplois », a-t-il précisé, en ajoutant ; « une fois l’industrie du renouvelable installée, la cadence va s’accélérer et les choses vont aller très vite ».