Divisés en trois lots comme l’autoroute est-ouest, les travaux de construction de l’autoroute des hauts-plateaux, un parallèle un peu plus au sud de l’autoroute est-ouest (AEO), devraient bientôt être lancés sur les lots Est et Centre. Les directions des travaux publics de wilayas ont été ainsi appelées par leur tutelle lors d’une récente réunion à Alger à identifier les sections pouvant être réalisées par l’outil national.

 

Les études pour la réalisation de l’autoroute des hauts-plateaux sont achevées pour les deux lots Est et Centre, a-t-on appris auprès de l’Agence nationale des autoroutes (ANA). Celles relatives au lot Ouest ne sont pas encore terminées. Ce mégaprojet autoroutier de 1030 Km devrait relier l’extrême ouest de Naâma, aux frontières marocaines, à l’extrême est de Tébessa, aux frontières tunisiennes ; et 640 Km, allant de Saida (ouest) à Batna (est), sont considérés comme prioritaires pour connecter les deux régions du pays.

Pour ce projet, le gouvernement compte sur les entreprises nationales qui ont acquis de l’expérience au cours des deux précédents plans quinquennaux et de par la sous-traitance de différentes tâches avec les Chinois et les Japonais qui ont travaillé ou qui travaillent toujours sur l’AEO. A moins, bien sûr, que des sections s’avèrent trop difficiles pour l’outil national. 230 Km allant de la nouvelle ville de Boughzoul dans la wilaya d’El Djelfa à Barika dans la wilaya de Batna sont déjà budgétisés au titre de l’exercice 2014 qui vient de commencer et les appels d’offres vont être lancés incessamment. 

Un futur réseau de 5 600 Km d’autoroutes

Ce mégaprojet de l’autoroute des hauts-plateaux a été inscrit plutôt dans le plan quinquennal 2010-2014. Un plan qui inclut un gigantesque programme autoroutier devant porter le réseau national à 5 600 Km. Il s’agit de parachever l’AEO (1 216 km) où il reste au jour d’aujourd’hui, 121 Km à réaliser, 6 échangeurs, 670 Km du réseau multitubulaire et la clôture le long de cette autoroute sur 2432 Km ; et mettre à niveau cette même autoroute non encore livrée dans sa totalité sur 256 km (50 km achevés, 33 km en cours de mise à niveau et  156 km en cours de lancement, 17 km à lancer). Il s’agit aussi de lancer les travaux de réalisation de la 4e rocade sur 265 km (études achevées, travaux non encore lancés) ; les travaux de réalisation de 25 liaisons autoroutières cumulant 2 853 km. Citons les pénétrantes reliant l’autoroute est-ouest aux ports et aux chefs-lieux des wilayas des hauts-plateaux : Port de Bejaia-Bouira sur 100 Km, Port de Djendjen (Jijel)-Sétif sur 100 Km, Port d’Oran-AEO sur 26 Km, Port d’Arzew-AEO sur 40 Km, Batna-Mila sur 90 Km, etc. La quasi-totalité des projets de ces pénétrantes est encore en phase d’études. Seulement 608 Km sur les 2853 Km sont budgétisés au titre de l’exercice 2014 pour lancer les travaux.

Travaux complémentaires

Emblématique des deux derniers mandats de Bouteflika, le projet de l’autoroute est-ouest fait l’objet d’un scandale de corruption qui n’a toujours pas livré tous ses secrets. C’est le chantier le plus cher jamais lancé par l’Algérie (11,4 milliards de dollars) qui n’a pas encore été livré dans sa totalité sept ans après son lancement pour des délais contractuels de 42 mois (trois ans et demi). Encore, il faudra déployer des installations et des équipements qui allongeront les délais de réalisation et doperont davantage le coût de cette infrastructure. A l’exception de 10 aires de services fonctionnelles sur les 42 que devait livrer NAFTAL, il n’y a absolument rien encore sur l’autoroute. Les 76 aires de repos, et les voies de raccordement (183 Km) sont encore en phase de terrassement.