L’équilibre des comptes de la CNR sera gravement menacé en cas de persistance de la crise des revenus pétroliers de l’Algérie.

La loi fixant l’âge de départ à la retraite à 60 ans entrera en vigueur en 2017, a déclaré aujourd’hui le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, rappelant que « la retraite anticipée est maintenue pour les femmes et les métiers pénibles ».

 

 

Le projet de loi fixant l’âge de départ à la retraite à 60 ans entrera en vigueur l’année prochaine, a déclaré M. Sellal à la presse en marge de la cérémonie de clôture de la session de printemps 2016 du Parlement, précisant que « ceux qui souhaitent partir avant la fin de l’année, sont libres de le faire ».

Le Premier ministre a, dans ce cadre, affirmé que « la retraite anticipée est maintenue pour les femmes et les métiers pénibles », sans plus de précisions a ce sujet. « Ceux qui souhaitent continuer à travailler jusqu’à 65 ans pourront le faire dans certaines entreprises », a-t-il ajouté.

Pour M. Sellal, il importe de faire preuve d’objectivité à l’égard de cette question car, a-t-il dit, « il y va de la consécration des principes de justice et de solidarité intergénérationnelle ».

Ce projet de loi « qui sera examiné prochainement en Conseil des ministres » est « l’aboutissement des consultations menées par le gouvernement avec les partenaires sociaux et le patronat lors de la Tripartite », a souligné le Premier ministre, précisant qu' »il s’agit d’un retour à ce qui était en vigueur dans les années 1990″.

« L’espérance de vie étant de 77 ans aujourd’hui contre 40 ans dans les années 1960, l’Algérien peut travailler plus », a estimé M. Sellal qui a évoqué le grand déficit de la Caisse nationale des retraites.

Après avoir rappelé que « le gouvernement avait pris des mesures exceptionnelles pour couvrir les besoins des retraites », le Premier ministre a estimé que « le moment est venu de reprendre les choses en main et de créer un équilibre ».