En Algérie, une réglementation est en cours d’élaboration pour l’utilisation des drones à des fins civiles.

L’automobile, l’aéronautique, la cybersécurité, l’agriculture, les énergies renouvelables ou le tourisme sont les nouveaux viviers de l’emploi en Algérie. Ce sont là autant de secteurs, lesquels, et en dépit de la crise, constituent l’opportunité rêvée pour les algériens en quête d’une carrière professionnelle. C’est ce qu’a récemment rappelé le Dr Ali Belkhiri, commissaire du salon national « Carrefour de l’emploi et formation ». Ce dernier a rappelé à la faveur d’une conférence de présentation de ce rendez vous de l’emploi, annoncé pour les 29, 30 et 31 Janvier 2019, à la Safex, à Alger : « La généralisation de l’économie digitale (numérique) et l’introduction des outils de l’Intelligence Artificielle (IA) au niveau des entreprises et des organismes de formation va fortement contribuer à l’accélération du développement de l’économie nationale. En effet, l’économie numérique, surtout associée à l’IA, est un puissant vecteur de croissance, de productivité et de compétitivité pour les entreprises. De par son caractère transversal et ultra dynamique, elle n’épargne aucun secteur d’activité, et est à l’origine aujourd’hui de la naissance de nouveaux secteurs innovants, tels que le e-commerce ou le e-learning. » Les organisateurs et participants à ce rendez vous de l’emploi, invitent également les pouvoirs publics à s’inspirer de l’expérience de certains pays en matière de facilitation et d’aide aux activités professionnelles, notamment en recourant au numérique pour accélérer la dynamique de création d’entreprises. L’on cite ici l’exemple probant offert par l’Afrique du Sud, un pays qui a réussit la prouesse de créer plus de 2 millions d’emplois en proposant aux citoyens sud africains de fournir une simple adresse fiscale et non pas justifier leur existence par l’adresse de leur local pour l’obtention d’un registre de commerce. A la question « Qu’est ce qui empêche les citoyens de créer de la richesse et contribuer à l’effort de construction de la nation ? » L’on recommande donc de répondre par des actions immédiates. Comme cité plus haut, l’aéronautique constitue d’ores et déjà une ouverture vers le futur, puisque l’on indique qu’en Algérie, une réglementation est en cours pour l’utilisation des drones dans le domaine civile. Notamment la surveillance des pipelines pour ne pas dire la livraison de colis comme déjà prouvé par le géant américain Amazone.