Khelil a annoncé qu’il dévoilera vendredi prochain, sa vision sur la crise économique qui secoue l’Algérie et sa stratégie à adopter pour y faire face.

L’ex-ministre de l’Energie, Chakib Khelil a commenté sur sa page officielle, sur le réseau social facebook, les informations relatives à « son implication » dans l’affaire des pots-de-vins avec la société pétrolière italienne, Saipem.

En réponse à une question d’un fan, l’ex-ministre a nié le 12 janvier dernier, avoir été cité dans cette affaire et a assuré qu’il était ciblé par un complot. En termes clairs, il accuse la presse nationale francophone de vouloir ternir son image. « Où est le nom de Chakib Khelil dans la dépêche de Reuters sur la décision de la justice italienne ? », s’interroge en langue arabe l’ex-ministre avant d’ajouter : « C’est la presse francophone qui tente comme d’habitude de salir ma réputation ».

Pour appuyer ses dires, l’ancien secrétaire général de l’Opep a publié le lien d’une dépêche de Reuters sur l’affaire Saipem, dans laquelle son nom n’est pas cité.

Signalons, à ce sujet, que la dépêche dans laquelle le nom de l’ancien ministre est cité est une dépêche Reuters en italien. Il suffit de ce suivre ce lien hypertexte pour la consulter.

Pour conclure, l’ancien ministre dira qu’ « En Algérie des gens sont appelés à prouver leur innocence même s’ils ne sont pas accusés ». Il qualifie cela « D’étrange ».

Dans la Une de la page de l’ex-ministre, une vidéo datant du 31 octobre, a été mise en avant, et dans laquelle il plaide pour une sortie de l’Algérie de ce qu’il a appellé « la dépendance à la langue française ».

Dans un autre message, Khelil a annoncé qu’il dévoilera vendredi prochain, sa vision sur la crise économique qui secoue l’Algérie et sa stratégie à adopter pour y faire face.

Notons que la page en question compte près de 700 000 fans. Elle est actualisée régulièrement par une équipe spécialisée.