adsl
Photo de câble ADSL
Le seuil de panne Internet toléré selon les normes internationales est de 5,6 minutes par an, alors qu’en Algérie la coupure liée au Bac est de 660 minutes, selon l’expert.

Le blocage de l’accès à Internet pendant la période du bac pour lutter contre la fraude est, selon Ali Kahlane, expert en TIC et patron de l’entreprisse Satlinker, une décision très grave qui porte un inestimable préjudice à l’économie du pays  mais aussi à son image.

« A partir du moment où Internet est devenu un outil de travail, de production, de gestion et de prise de décision, le bloquer porte systémiquement préjudice à l’économie. Aujourd’hui, des segments entiers de notre économie reposent totalement sur l’utilisation d’Internet.  Les aéroports et les ports du pays bloqués, les banques à l’arrêt, des centaines d’entreprises dépendantes de l’accès à Internet ont dû libérer leurs employés, des startups qui viennent de commencer à utiliser le commerce électronique et dont la clientèle est à 100% à travers Internet, crient au scandale », assure l’expert.

« Une startup de 6 employés dont toutes les opérations se font sur Internet a annoncé une perte sèche de  250.000 DA comparé à une journée normale», affirme Ali Kahlane. «  Le seuil de panne Internet toléré selon les normes internationales, est de 5,6 minutes par an. Une entreprise qui n’assure pas un service en continuité de 99.999% n’a aucune chance d’accéder à des marchés avec les grandes entreprises, les banques, les compagnies d’assurances, etc. Or, le Gouvernement algérien coupe Internet pendant 11 durant la période des examens du Bac. C’est 11 heures représentent 660 minutes. Cette coupure nous isole complètement du monde en réduisant la continuité de notre service à 79.635% », assure Ali Khalane en soulignant que même en dehors de cette période particulière du Bac, l’Algérie est relativement loin de la norme internationale en la matière alors que le Mali, pays où Mobilis veut investir,  est à 99.80% de fonctionnement sans interruption, soit moins de 10 minutes de pannes Internet par an.

 « Le blocage d’Internet est un cauchemar »

Le blocage de l’accès à Internet pendant l’examen du bac comme moyen de lutte contre la fraude est un cauchemar. Je n’aurais jamais pensé que le Gouvernement irait jusque-là. Il n’y a aucune raison de bloquer Internet. On n’avait qu’à voir ce qui se fait ailleurs et faire de même, en brouillant, entre autre solutions, les centres d’examen.

« Prendre une décision aussi grave avec autant de légèreté, de manque de sérieux et de préparation, c’est très grave. Il y a faillite aussi bien dans la recherche des solutions, dans leur adaptation que dans leur application. C’est tout simplement un cauchemar », fulmine Ali Kahlane, outré par ce comportement de l’Etat qui, compte tenu de ses effets extrêmement néfastes, relève d’une irresponsabilité flagrante.

« L’outil d’estimation de perte de production/manque à gagner que nous appliquons à nos clients en cas de coupure et que nous avons appliqué sur cette coupure nous a donné une perte de plus 700 Millions de DA à l’échelle du pays,  que nous devrions à nos clients si cette coupure était de notre fait », indique Ali Kahlane en sa qualité de chef d’entreprise.

Par Amar Ingrachen