Le refus de la candidature du président de la République M. Abdelaziz Bouteflika aux élections présidentielles de 18 avril prochain, se transforme progressivement en actions de protestation. Des marches et des rassemblements hostiles au projet de 5è mandat ont été enregistrés cette semaine dans plusieurs wilayas du pays.

Le coup d’envoi de ces actions a été donné samedi soir, par les supporters du club USMA Alger. À la fin du match qui a opposé leur équipe à celle de Sidi Bel Abbès, un groupe de supporters des rouges et noirs ont organisé une petite marche au quartier Beb El Oued pour exprimer leur refus à la candidature de chef de l’Etat.

Lundi, des jeunes de la commune de Sidi Slimane dans la wilaya de Batna accrochent sur le siège de l’APC des banderoles sur lesquelles est écrit « Nous sommes contre le 5è mandat », « Notre dignité est plus chère que vos projets » ou encore «  Les libres de Sidi Slimane debout contre le 5è mandat ». Les responsables ont rapidement intervenu pour enlever les banderoles.

Le même jour, des étudiants ont organisé la nuit des sit-in à l’intérieur des résidences universitaires à Tizi Ouzou pour dénoncer la candidature du président de la République.

Mardi, le nombre d’action de protestation a augmenté d’une manière significative. A Chef des jeunes ont marché dans les rues de la ville pour dire non au 5è mandat et plaidant pour le changement. Ils étaient plusieurs dizaines à prendre part à cette action qui s’est déroulée dans le calme. Au même moment, la visite du candidat Rachid Nekkaz à la ville d’Oran se transforme progressivement en manifestation contre le 5è mandat. Des dizaines de jeunes accompagnent le candidat jusqu’au siège de la commune d’Oran scandant des slogans hostiles à Bouteflika. A Bejaia, la colère des supporters de l’équipe locale de football MOB s’est transformé mardi soir, en action de contre le 5è mandat. Une fois, devant le siège de la wilaya, les manifestants oublient les mauvais résultats de l’équipe et se mettent à scander des slogans politiques dénonçant la démarche du président de la République.

Pour la journée du mercredi, deux marches contre le projet de 5è mandat ont été signalées à Bourdj Bou Arriridj et Mostaganem. A Bourdj Bou Arriridj ville, des dizaines de jeunes et moins jeunes ont marché dans les rues pour exprimer leur refus à la candidature d’Abdelaziz Bouteflika. Une marche qui s’est déroulé sans incidents. Toujours durant cette journée de mercredi, la tournée de Rachid Nekkaz dans la ville de Mostaganem a fini par devenir une marche contre le 5è mandat. La foule pénétrée au siège de l’APC de Mostaganem en criant « Non au 5è mandat ».

Le mouvement Mouwatana appelle à la mobilisation le 24 février

Le mouvement politique Mouwatana a appelé, aujourd’hui, dans un communiqué les citoyens à une journée de mobilisation le 24 février prochain pour protester contre la perspective d’un cinquième mandat pour le Président Abdelaziz Bouteflika.

Des appels pour le 22 février

Des appels pour l’organisation des marches populaires contre le 5è mandat après la prière du vendredi 22 février circulent depuis trois jours sur les réseaux sociaux. Aucune partie n’a revendiqué pour le moment ces appels, mais des pages et comptes partagent ces appels.

A Alger, selon des sources policières, la vigilance est de mise, les patrouilles ont été renforcées avec pour consigne de traquer d’éventuels auteurs de graffitis contre le 5e mandat ou pour empêcher des rassemblements.