Les factures impayées s’étalent entre 2011 et 2016 et pas moins de 300 entrepreneurs sont concernés.

Infatigables, les entrepreneurs  créanciers de l’Algérienne de réalisation et construction du centre (ALRECC) relevant du ministère de l’Habitat, organisent depuis deux jours (20 et 21 janvier 2019) des rassemblements de protestation devant le siège de l’ALRECC à la zone industrielle d’Oued Semmar à Alger, a-t-on appris de la part  de ces entrepreneurs.

Une trentaine de représentants de ces entreprises ont fait le déplacement depuis plusieurs wilayas, pour mettre la pression sur l’ALRECC.  Des personnes venues d’Adrar, Bechar, Tebessa, Ourgla et d’Alger organisent actuellement un sit-in devant l’ALRECC revendiquant leur dû. Ils sont environ 300 sous-traitants à avoir réalisé des infrastructures pour l’Etat et qui attendent d’être payés. Leurs factures impayées s’étalant entre 2011 et 2016 avec un montant cumulé de 3,8 milliards de dinars.

Le PDG de l’ALRECC a parlé aux protestataire hier dimanche et leur a expliqué que leur dossier ainsi que des rapports faits par lui-même ont été transférés à la tutelle. Les sous-traitants n’ont vraisemblablement pas été convaincus. «  À chaque fois, c’est la même chose. Que des promesses, on en a eu déjà  beaucoup trop. La dernière en date était que nous allions être payés en octobre 2018, nous voilà en 2019 et nos factures sont toujours impayées »,  a signalé l’un des entrepreneurs.  

Il faut rappeler que ces entrepreneurs ont réalisé des logements LPP, des logements sociaux ainsi que des casernes. Selon eux, les maitres d’ouvrages tels que l’ANP et l’Office de Promotion et de Gestion Immobilière (OPGI), ont débloqué les budgets pour ALRECC mais cette dernière n’a pas encore payé les entrepreneurs. Depuis presque deux ans, les entrepreneurs non payés organisent des sit-in. Au mois de juillet 2017, ils ont observé une grève de la faim qui a duré plusieurs jours, mais en vain.