Photo Mustapha Guitouni
D’après Mustapha Guitouni, les subventions profitent plus à ceux qui perçoivent des salaires importants qu’aux petites bourses.

Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni a appuyé les déclarations faites hier par le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya au sujet d’une probable suppression des subventions sur la consommation d’énergie dès 2019.

Le ministre qui intervenait lors d’une conférence de presse organisée à l’IFEG (institut de formation en électricité et gaz) a estimé qu’il n’était pas normal que les subventions profitent plus à ceux qui perçoivent des salaires importants et que les petites bourses n’en profitent pas. A ce propos, M. Guitouni a indiqué qu’une commission chargée d’étudier les possibilités d’orienter et de cibler les subventions avait été mise en place.

De son côté, le ministre des Finances avait indiqué hier que “seuls 7% de la décile inférieure (les plus bas salaires) profitent des subventions”.

Un quota de 26000 barils de plus pour l’Algérie dès le mois prochain

Le ministre de l’Energie a annoncé, par ailleurs, que l’Algérie augmentera sa production de pétrole de 26 000 barils par jour dès le mois prochain, et ce suite à la décision des pays de l’OPEP de revoir à la hausse leurs quotas de production à 1 million de barils supplémentaires par jour.

La décision des pays de l’OPEP de revoir à la hausse la production du pétrole a été prise suite à un déficit, sur le marché mondial, estimé à 1 million de barils, explique le ministre qui a précisé que la production de plusieurs pays à savoir le Venezuela (-400 000 barils), la Libye, le Nigeria a été revue à la baisse pour des raisons diverses. « Dans l’objectif de veiller à la stabilité du marché, il a été décidé d’assurer la production de ce manque par les pays de l’OPEP (750 000 barils) et par les non OPEP (250 000 barils) », souligne le ministre qui a nié tout atteinte à l’accord d’Alger sur la baisse de la production du pétrole