Tout en réitérant sa position sur le fait que l’armée dirige toujours le pays d’une main de fer, Lahouari Addi, professeur émérite en sociologie, avance dans cet interview que le système sombre dans l’anonymat et ne veut plus être incarné par des visages humains, soient-ils ceux de ses plus zélés serviteurs.

Maghreb Emergent : pourquoi le régime algérien n’arrive-t-il pas à réaliser les réformes structurelles pour faire de l’économie une source de richesses ?  

Lahouari Addi : L’économie algérienne dépend à 97% des hydrocarbures parce que la logique politique du régime refuse que les richesses soient créées par la société. Le pouvoir réel, c’est-à-dire les militaires, préfère que les richesses proviennent de l’Etat qui les redistribue aux différentes catégories sociales sous forme de privilèges, de salaires et d’aides sociales. Le régime craint que le processus de création des richesses lui échappe, d’autant plus que la présence d’hydrocarbures lui permet de ne pas dépendre de la société. En Algérie, c’est la société qui dépend de l’Etat pour la subsistance et non l’inverse ; c’est ce schéma que cherche à perpétuer le régime. L’Etat algérien ne veut pas que l’économie s’autonomise de la tutelle du politique. L’exemple de Cevital en apporte la preuve tous les jours. Imaginez-vous qu’il y ait 100 entreprises comme Cevital qui emploient 30% de la main-d’œuvre industrielle du pays et qui participent à hauteur de 50% aux exportations. Ces 100 entreprises deviendraient une force politique qui demandera à l’Etat d’avoir une politique qui conforte les intérêts du capital et non du régime.

Les patrons demanderont l’autonomie de la justice pour protéger la concurrence et exiger une neutralité de l’Etat par rapport à la parité de la monnaie. Ils exigeront de limiter le déficit du budget de l’Etat pour ne pas avoir à augmenter les salaires de leurs ouvriers. Ceci poussera les travailleurs à avoir des syndicats représentatifs qui les défendent. Si cela se produit, l’Etat deviendrait un arbitre entre forces sociales aux intérêts antagonistes. Or, l’Etat en Algérie ne veut pas être arbitre ; il veut représenter les patrons, les ouvriers et toutes les autres catégories sociales. Le régime algérien a un appétit insatiable de pouvoir, ce qui est une marque de culture féodale.  

Au sujet du conflit entre l’administration et Cevital, je voudrais ajouter la remarque suivante. Récemment, le patron de Cevital a affirmé à une radio que les difficultés qu’il rencontre s’expliquent par son origine kabyle. Je ne le pense pas. Il aurait rencontré les mêmes blocages s’il était Tlemcénien. Le régime ne lui pardonne pas de s’être lancé dans la production à cette échelle. S’il était juste un importateur ou un entrepreneur en construction dépendant de marchés publics, il n’aurait eu aucun problème avec l’administration. Le régime algérien n’est pas régionaliste, même s’il y a des responsables qui le sont à titre personnel.

Le régime refuse l’autonomie du pouvoir économique pour des raisons politiques. Sinon, comment expliquer que ce même régime promeut Ali Haddad originaire de la Kabylie comme Issad Rabrab ? La différence, c’est que l’un vit des chantiers publics de l’Etat, et l’autre est créateur de richesses et exportateur. Ali Haddad est économiquement plus vulnérable, d’où sa fragilité politique. Le régime cherche à promouvoir des hommes d’affaires qui lui doivent tout. Je ne dis pas que Rabrab n’a pas été protégé par des clans du pouvoir dans le passé. Mais l’évolution ultérieure de ses activités économiques risque de lui donner une indépendance que le régime craint. Surtout qu’il peut faire des émules. Avec 100 Rabrab sur le territoire national, le régime perdrait le contrôle sur la société.   

Pourquoi, en dépit de son grand déficit démocratique, la Constitution n’est pas respectée en Algérie ? 

La Constitution n’est pas une référence normative en Algérie. Elle ne régule pas les rapports d’autorité entre les trois pouvoirs de l’Etat et ne sert qu’à donner une base légale à la répression des libertés publiques et des droits civiques. Les luttes politiques en Algérie ne se résolvent pas dans le cadre de la Constitution. La preuve est qu’à chaque crise majeure, la Constitution est violée par l’armée : juin 1965 et janvier 1992. 

Par ailleurs, le régime algérien a changé et est devenu un système où il n’y a pas de chef. Même au MDN, il n’y a pas de chef. C’est la collégialité militaire qui dirige. Gaid Salah est utilisé comme un symbole du fait qu’il est le seul (avec le général Benali Benali) à avoir été un soldat de l’ALN. Il me semble que depuis la réorganisation du DRS, il y a un « HCE » clandestin formé d’une douzaine de généraux qui dirige l’Etat. C’est ce « HCE » qui envoie à la présidence des instructions transformées en décisions présidentielles. La présidence sert de devanture institutionnelle à un coup d’Etat permanent.

Aucun membre du gouvernement, y compris le président, n’a l’autorité politique que lui donne la fonction. Dans ce système, Bouteflika, et celui qui lui succèdera, ne sont que des préposés à la fonction de président. Récemment, Ouyahia  a été critiqué publiquement par un de ses ministres dans une réunion publique à Oran, sans qu’il puisse le relever de ses fonctions. Cet incident est révélateur de la structure et de la logique du système. 

Le colonel Lehbiri, DGSN, a pris des décisions entrant dans ses prérogatives, qui ont été annulées. Par qui ? Certainement pas par le président qui est trop malade pour être au courant de ces décisions.  

Le système a sombré dans l’anonymat comme l’indique encore le communiqué du MDN qui a critiqué le général Ali Ghediri.

Ce communiqué n’est pas signé. Quel courage ! Le système refuse que le pouvoir soit incarné par des visages humains, et il n’accepte pas non plus que ses acteurs prennent une forme humaine et se distinguent de lui ou s’émancipent de lui. L’armée refuse qu’apparaissent des hommes d’Etat, même sortis de ses rangs. Les acteurs du système doivent renoncer à leurs personnalités et à leurs consciences.

Il exige d’eux qu’ils soient des acteurs anonymes qui le servent fidèlement et qu’il éjecte lorsqu’il n’en a plus besoin. Cette psychologie politique a été le mieux exprimée dans le slogan « un seul héros le peuple ». Je crois qu’elle provient de notre culture berbéro-kharijite allergique à l’idée de chef. Messali Hadj, Abane Ramdane, Boudiaf en ont été les victimes expiatoires dans un passé récent.

A un degré moindre, Aït Ahmed aussi a été politiquement « assassiné », alors qu’il avait la dimension d’homme d’Etat ; pour le diminuer, les anonymes du système l’appelaient « le marabout de Lausanne ».    

Que pensez-vous de l’élection présidentielle prévue en avril 2019 ? 

L’imbroglio de l’élection présidentielle est révélateur de la logique du régime dont le schéma est le suivant : le pouvoir réel (les militaires) choisit, à travers des élections, plus ou moins truquées, des députés avec une logique de quotas, et le préposé à la présidence. Mais le choix de ce préposé à la présidence est délicat parce qu’il braque les projecteurs sur le commandement militaire qui apparaît en plein jour comme le détenteur du pouvoir souverain. C’est ce qui explique qu’il y ait eu le 4èm mandat.

Les militaires entretenaient la fiction que Bouteflika voulait se représenter et qu’ils ne pouvaient s’y opposer du fait qu’il est le chef suprême des forces armées. Ils ne peuvent répéter ce même scénario pour le 5ème mandat du fait que Bouteflika est à peine conscient de ce qui se passe autour de lui.

Certains avancent le nom de Ouyahia pour être le prochain président. C’est possible.  Mais les militaires ont peur qu’une fois installé dans la fonction, il leur échappe et s’autonomise du MDN. II y a eu un précédent avec Boumédiène choisi par Krim Belkacem, Boussouf et Bentobbal du fait qu’il était timide et effacé. Chacun des trois espérait le manipuler à sa guise. Il les a écartés et est devenu le nouveau leader. Les généraux craignent l’avènement d’un Boumédiène ou d’un Erdogan algérien. Il est possible que les généraux fassent appel à Lakhdar Brahimi qui présente l’avantage d’être sans ambitions politiques.