Image hamani
Le président de l’APAB, a annoncé la création très prochainement, d’un observatoire sur les pratiques commerciales composé, entre autres, de spécialistes du secteur.

« Nous sommes très loin d’une entente des producteurs des boissons sur les prix du marché », a déclaré le président de l’Association des producteurs algériens de Boissons (APAB),  Ali Hamani  sur Radio M, lors de son passage dans l’émission « L’invité du direct » de cette semaine.

Hamani a fait cette déclaration en réaction aux accusations proférées contre l’APAB par une association de consommateurs. Selon le président de l’APAB, « la politique commerciale d’une entreprise est toujours tenue dans le plus grand secret. Elle n’est en aucun cas divulguée, même pas aux cadres de l’entreprise elle-même, jusqu’au moment de la prise de décision finale».

Il a indiqué, dans ce sens, que lors de son passage devant le Conseil de la concurrence suite à la plainte déposée par l’association des consommateurs, tous les arguments de l’APAB relatifs à ce dossier ont été présentés. « Nous avons dit que la politique des prix et la politique commerciale relève de la compétence unique des dirigeants de l’entreprise », a-t-il avancé en ajoutant que son association n’a pas vocation à parler des prix des produits mis sur le marché.

Hamani rappelle, à ce propos, que l’APAB en tant qu’association, a une responsabilité vis-à-vis des consommateurs, concernant la mise en place d’un produit de qualité, mais aussi vis-à-vis des pouvoirs publics, pour ce qui est du respect de la réglementation en vigueur. « Par contre chaque entreprise est responsable de ses actes », a-t-il souligné.

L’invité de Radio M s’est demandé comment serait-il  possible qu’il y ait une entente entre des producteurs de boissons sur les prix de vente, alors que le secteur connait une concurrence rude ces dernières années. Il a même déploré certaines pratiques déloyales de la part de certains producteurs qui adopte, selon lui, la politique de dumping.

Il dira à ce propos, que son association a elle-même saisi le Conseil de la concurrence et la Direction générale des contrôles des prix et de la répression des fraudes pour attirer l’attention sur ces pratiques. « Quand vous voyez un prix qui est en-dessous du prix de revient il y a problème », a-t-il fait remarquer.

Par ailleurs, le président de l’APAB, a annoncé la création très prochainement, d’un observatoire sur les pratiques commerciales. « Il y aura un comité composé, entre autres, d’experts pour examiner ce qui est en train de se passer dans le secteur de la boisson », a indiqué M. Hamani.