Améliorer les systèmes d’irrigation est une condition de l’amélioration de la productivité.

Selon un bilan du ministère de l’Agriculture, le nombre d’emplois créés par le secteur a connu un taux de croissance de 7,4% durant les cinq dernières années.

 

 

Le secteur agricole qui assure 72% des besoins alimentaires actuels du pays a réalisé un taux de croissance annuel moyen de 11% entre 2010 et 2014 dépassant l’objectif attendu, selon le bilan du ministère de l’Agriculture et du Développement rural publié dimanche.

« La production agricole nationale a connu ces dernières années une évolution significative dans l’ensemble des filières agricoles et permet d’approvisionner le marché local à hauteur de 72% des besoins », selon le constat fait par le ministère lors de la 22ème session d’évaluation de la consolidation des programmes agricole et rural.

Cette évolution s’est traduite par un taux de croissance agricole de plus de 11% annuellement durant le quinquennat qui vient de s’achever contre un objectif de 8,33%. Le nombre d’emplois créés par le secteur a connu un taux de croissance de 7,4% durant les cinq dernières années.

 

1.2 million exploitations agricoles

 

Le secteur agricole qui compte 1,2 million d’exploitations agricoles et d’élevage emploie environ 2,5 millions de personnes. Durant la même période, les programmes du renouveau rural avaient permis la réalisation de près de 12.148 projets de proximité de développement rural intégré (PPDRI) qui ont touché 903 communes et près de 7 millions d’habitants, soit 99% de l’objectif.

« Ces indicateurs témoignent à eux seuls de l’importance des efforts consentis par les pouvoirs publics pour le développement du secteur agricole (…) qui connaît un regain d’intérêt pour le travail de la terre », explique-t-on dans un document remis à la presse.

Durant le quinquennat précédent, le secteur a eu à résoudre la question du foncier par l’instauration du système d’actes de concession (de 40ans) comme mode d’exploitation des terres privées de l’Etat en remplacement du droit de jouissance perpétuelle.

Concernant la ressource humaine, un programme de renforcement des capacités humaines et d’assistance technique a été mis en place en vue d’améliorer les connaissances et savoir-faire des professionnels.

Selon le bilan du ministère, quelque 146.573 agriculteurs et éleveurs ont bénéficié de formations ainsi que 15.465 opérateurs économiques et porteurs de projets et 59.285 cadres du secteur.