Mme Zohra Derdouri, ministre de la Poste et des TIC

La ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication, Zohra Derdouri a réaffirmé ce dimanche que l’ouverture du capital de l’opérateur public de téléphonie mobile ATM-Mobilis n’est pas à l’ordre du jour. Pour le moment, a-t-elle déclaré lors de son passage à l’émission l’Invité de la rédaction de la chaine III, il n’y a pas encore de propositions officielles par rapport à ce sujet.

 

« Ce ne sont que des intentions. Nous avons été approchés par des groupes qui seraient intéressés, mais aucune proposition n’est venue à ce jour », a déclaré Mme Zohra Derdouri, soulignant que toutes les demandes relatives à ce dossier « seront examinées de très près ».

La ministre fait référence à l’intérêt porté par les opérateurs Orange (France) et Vodafone (Grande Bretagne) pour l’entrée dans le capital de l’opérateur public de téléphonie mobile, la filiale du groupe Algérie Télécom.

Mme Derdouri a eu déjà à s’exprimer sur cette question au mois de décembre dernier, en affirmant que l’Algérie « n’a reçu, jusqu’à présent, aucune proposition concrète de l’opérateur Orange ». dans un entretien à l’APS, la ministre avait révélé que l’opérateur britannique porte aussi un intérêt pour le marché algérien de la téléphonie mobile à travers une prise de participation dans Mobilis. « Nous leur avions dit que nous ne sommes pas fermés à la discussion et qu’ils devraient faire des propositions », avait-elle précisé.

Ouverture de 20 % du capital de Mobilis

L’ouverture du capital de Mobilis a été évoquée une première fois en décembre 2013 par le PDG d’Algérie Télécom, Azouaou Mehmel «dans le cadre de la mise en bourse de plusieurs entreprises publiques» à hauteur de 20 %.

L’opérateur français a formulé une demande allant dans le sens d’une entrée dans le capital de l’opérateur public, lors de la visite de l’ancien ministre français du Redressement productif, Arnaud Montebourg, en Algérie durant le même mois.

Le journal français l’Express avait révélé fin novembre dernier le contenu d’un courrier envoyé par le secrétaire général du Ministère de la Poste et des TIC à Orange. « Après avoir consulté les dirigeants de l’opérateur, il fut conclu à l’inopportunité d’ouvrir le capital social, dans les circonstances actuelles.», est-il écrit dans la missive.